Où sont les valeurs humanistes de l’UE ?

En 2012, l’Union Européenne a reçu le Prix Nobel de la Paix. «Le combat réussi pour la paix, la réconciliation, la démocratie et les droits de l’Homme» constituait alors, aux yeux du comité, l’accomplissement majeur de l’UE. L’UE a œuvré pour la «fraternité entre les nations» toujours selon le comité. Parmi les grandes réalisations mises en avant, le comité a notamment insisté sur le retour de la démocratie dans les anciennes républiques populaires ainsi que le triomphe des droits de l’Homme dans le continent européen. Ces valeurs d’humanité, de solidarité et d’égalité sont régulièrement mises en avant par les dirigeants européens.

Et pourtant, force est de constater que l’Union Européenne transige souvent avec ces valeurs qu’elle dit fondamentale pour elle. En laissant prospérer en son sein des politiques fondées sur l’exclusion, la séparation ethnique voire la mise en place de ghettos dans certains pays, l’Union Européenne trahit ses principes fondamentaux. « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire » disait Einstein en son temps. Cette phrase s’applique parfaitement à l’Union Européenne actuelle. En se taisant devant les velléités xénophobes de certains de ses membres, elle concourt à l’avènement d’idéologies contraires aux droits de l’Homme.

Le silence des pantoufles fait plus peur que le bruit des bottes

Viktor Orban est le Premier ministre de Hongrie depuis le 29 mai 2010. Voilà donc 5 ans, 3 mois et 16 jours qu’il piétine allègrement toutes les valeurs fondamentales de l’Union Européenne. Promouvant un discours fondé sur la composante ethnique, il propose régulièrement la nationalité hongroise aux quelques 3 Millions de descendants de Hongrois vivant en dehors du pays, de quoi contribuer à fracturer l’Europe. Il ne se gêne également pas pour avoir un discours ouvertement raciste, mettant en avant une prétendue race pure et en menant une politique de ségrégation. Face à cette attitude contraire à ses valeurs, on pourrait s’attendre à des sanctions de la part de l’Union Européenne (comme elle en avait pris à l’égard du FPÖ autrichien à une époque). Il n’en est rien, preuve que l’Union Européenne et les Européens basculent petit à petit vers des idées radicales.

Plus inquiétant encore, durant l’été Viktor Orban a fait de la lutte contre l’immigration sa priorité. Il fait ainsi construire un mur double couche le long de sa frontière avec la Serbie. La première couche constituée de barbelés de 1m50 a valu à cette barrière le nom de nouveau rideau de fer. La deuxième couche est un mur haut de 3m un peu comme l’on peut voir à la frontière américano-mexicaine ou en Israël et que nos dirigeants n’hésitent pas à appeler « mur de la honte ». Aujourd’hui, Viktor Orban a décidé que tout migrant « illégal » serait condamné à trois années de prison. Les dirigeants européens devraient alors être vent debout contre la construction de ce mur ou contre cet emprisonnement absolument délirant me direz-vous. Eh bien on n’entend pas beaucoup de dirigeants européens s’élever contre ceci. Certains vont même jusqu’à soutenir implicitement la politique de lutte contre l’immigration menée par Viktor Orban.

L’Union Européenne regarde la Slovaquie et la Roumanie construire des ghettos

Durant l’été, une information est passée relativement inaperçue dans les médias et pourtant il s’agit peut-être de l’un des plus gros scandales depuis longtemps dans l’Union Européenne : la Slovaquie construit des quartiers entiers entourés de murs pour parquer la population rom. Il ne s’agit ni plus ni moins que de construire des nouveaux ghettos afin de séparer les populations roms jugées indignes et insolubles dans la société slovaque. Drôle d’acception des droits de l’Homme que celle qu’en a le gouvernement slovaque puisque créer de nouveaux ghettos revient à supprimer certaines libertés fondamentales aux populations cloitrées dans lesdits ghettos. A-t-on entendu les dirigeants européens s’émouvoir de cette situation et réclamer la fin de ces ghettos ? Que nenni.

On pourrait penser que la Hongrie et la Slovaquie sont des cas isolés mais il n’en est rien. La Roumanie offre un autre exemple de politique ségrégationniste et franchement raciste envers la communauté rom. Encore plus effrayant que les ghettos slovaques, la Roumanie ne reconnait même pas l’existence de ces personnes. Ils n’ont pas d’identité aux yeux de l’Etat roumain ce qui fait qu’ils n’ont absolument aucun droit. Certains se voient même refuser l’accès à l’école. Alertés par cette situation, les dirigeants européens n’ont pas bougé le moindre doigt pour améliorer leur situation. « Tous les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit » stipule l’article 1 de la Déclaration des droits de l’Homme. A croire que l’Union européenne l’a oublié…

Hongrie, Slovaquie, Roumanie, autant d’exemples qui prouvent que l’Union Européenne a renié ses valeurs humanistes et a oublié qu’elle défendait les droits de l’Homme. Continuons à être indifférent à ces attaques en règle contre nos valeurs fondamentales et, un jour, nous nous réveillerons dans un pays où les droits de l’Homme, les valeurs de solidarité ou d’égalité ne seront plus qu’un lointain souvenir.

7 commentaires sur “Où sont les valeurs humanistes de l’UE ?

  1. Je pense qu’il faut quand même rappeler quelques points essentiels :
    -Orban a été élu et réélu ainsi que son parti. Donc si l’on accepte la voix du peuple, c’est à dire la démocratie, alors il n’y a pas de problème avec la Hongrie. On peut être contre la politique Orban, il n’empêche que celui-ci représente son peuple. Si les « valeurs humanistes » de l’UE doivent gouverner, alors cela se fera contre la démocratie, du moins dans plusieurs pays. Je trouve que ton article résonne un peu comme le mot de Brecht, si le peuple vote mal, on a qu’à changer de peuple. D’ailleurs, que Juncker, dirigeant non-élu (ou presque), donne des leçons de démocratie à Orban, je trouve cela pour le moins déplacé.

    -Même l’Allemagne, accueillante au possible, a suspendu Schengen face au flux migratoire massif. Il ne s’agit pas seulement de valeurs. Où cela va-t-il s’arrêter? N’y a t-il pas un risque identitaire, économique, peut-être même sécuritaire (manifestations violentes contre l’immigration) à encourager un politique d’accueil illimité? D’autant plus qu’il est avéré que certains « réfugiés » n’en sont pas et qu’il y a même un trafic de faux passeports syriens. Où est la défense des valeurs dans le financement indirect (par le simple fait d’accueillir) des mafias qui s’engraissent sur les « réfugiés »?

    -Tous les sondages indiquent que les populations sont opposées à l’accueil de ces gens. Il faut aussi rappeler que ces mêmes populations étaient contre les guerres en Syrie, en Libye…etc. Quels valeurs défend-on quand on passe outre la volonté populaire? Il faut quand même s’interroger sur les dirigeants, qui portent haut l’étendard de la démocratie, sans même écouter leur ouailles. Je crois profondément dans un certain bon sens populaire.

    J'aime

    • -Orban a été réélu certes mais je vois plus loin que sa simple réélection. Déjà au moment de sa deuxième élection donc il y a 5 ans il proposait des mesures qui vont à l’encontre des critères de Copenhague donc si l’Europe ne dit rien c’est qu’elle accepte. On a suspendu la participation de l’Autriche lorsque le FPÖ ne respectait pas lesdits critères. Je suis d’accord avec toi, on n’a pas à dire aux Hongrois quelle politique ils doivent mener. Par contre je n’accepte pas de faire partie d’une entité qui accepte de telles politiques. Sur Juncker qui ouvre sa bouche on est d’accord.

      -Les estimations annoncent 3 Millions de réfugiés. Pour une UE qui compte plus de 500 Millions d’habitants l’effort n’est pas insurmontable on l’a déjà fait par le passé (la Guerre d’Espagne par exemple). après l’UE n’a pas à faire face seule à ce problème, les Etats-Unis foutent la merde partout et assument nulle part c’est pas normal.

      -Oui mais les politiques sont intervenus en Syrie ou en Libye, c’est trop facile aujourd’hui de dire « notre peuple ne veut pas des migrants alors on les laisse se noyer dans la Méditerranée ». Ils sont lâches tout simplement parce qu’ils sont passés outre la volonté populaire en intervenant là-bas vu que c’était loin et que dans le fond tout le monde s’en fout mais maintenant que ça touche vraiment leur pays bah ils louvoient. La démocratie est un leurre tu le sais aussi bien que moi. Par contre je ne crois pas dans un bon sens populaire personnellement.

      Aimé par 1 personne

  2. Sur Orban, l’UE n’a qu’à suspendre la Hongrie, ça règlerait le problème, et mettrait Orban en face d’un choix clair : l’apport financier de l’UE et la politique imposée, ou liberté politique mais réduction budgétaire.

    3M de réfugiés actuellement, si c’est 3M par an, on en arrive rapidement à des chiffres délirants. En France, déjà 10-15 voire 20M de personnes sont issues de l’immigration, et on voit nettement une communautarisation de la société. Cela ne peut que s’accentuer avec une forte affluence migratoire supplémentaire. Je ne pense pas cela souhaitable. Sur les USA on est entièrement d’accord.

    En fait je pense que ce sont les populations qui vont payer pour les réfugiés/migrants/clandestins tandis que les dirigeants directement ou indirectement responsables de cette situation chaotique, resteront bien au chaud dans leurs quartiers sécurisés. C’est pourquoi je n’accepte absolument pas l’accueil des ces gens, parce qu’à mon avis, cela apporte le chaos chez nous. Mais bien évidemment, je suis pour une politique d’aide sur place, dans les pays concernés, ce qui peut prendre plusieurs formes : augmentation du prix des matières premières, promotion d’un développement local…etc. Le problème avec l’accueil, c’est que c’est sans fin. La démographie africaine est clairement hors de contrôle. Donc c’est 3M aujourd’hui, mais peut-être 10M demain, 100 après-demain, qui sait? Des guerres il y en aura de plus en plus rien qu’à cause de cette pression démographique.

    J'aime

    • Sur Orban on est d’accord, mettons le face à ses responsabilités.

      Dans ce cas, menons une vraie politique de développement dans ces pays-là et arrêtons cette néocolonisation économique où nos entreprises pillent toutes les richesses et les cerveaux des pays déjà en difficulté.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s