Jeune français de confession musulmane, je suis fatigué et apeuré

Il y a dix mois déjà, au moment des attaques contre Charlie Hebdo et contre l’Hyper Kasher, nous avions dit c’est trop, c’est la goutte qui fait déborder un vase trop plein. A l’époque on parlait d’une goutte. Aujourd’hui c’est un torrent, un torrent de larmes mais aussi un torrent de sang qui vient apporter de l’eau au moulin de la haine et de l’intolérance. En ces moments tragiques, il est difficile d’essayer de se concentrer, d’essayer de réfléchir. Réaliser ce qu’il vient de se passer est compliqué, presque impossible à chaud. Se dire que près de 130 personnes comme vous et moi sont mortes, que n’importe qui aurait pu être à leur place. Il est difficile de réaliser que c’est à Paris et non pas dans une ville lointaine que s’est déroulé le carnage.

« Demain dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne/Je partirai » écrivait Victor Hugo en son temps dans Les Contemplations. Aujourd’hui nous sommes, je pense, nombreux à vouloir appliquer ces vers, à vouloir s’évader de ce monde. Le coup qui nous a été porté est, en effet, rude. En plus de toutes ces victimes, de tous ces blessés et de tous ces corps mutilés, ce sont nos espérances qui ont été visées : nos espérances d’un monde meilleur où chacun, peu importe sa couleur ou sa religion, pourrait vivre en paix. Mais le plus effrayant, pour en revenir au poème de Hugo, c’est qu’à l’heure actuelle il est difficile de se projeter dans l’avenir. Nous sommes comme bloqués dans un présent éternel dans ces moments-là. J’ai rarement l’habitude de me définir en fonction de ma confession. Je me considère avant tout comme Français mais aujourd’hui j’ai aussi envie de m’exprimer en tant que jeune musulman. Pourquoi ? Parce que j’ai été glacé en tant que français musulman par ces attentats et que par ces attaques c’est à la fois la France, l’Islam et les musulmans que ces fantômes tentent de faire plier. C’est pour ça qu’aujourd’hui je suis à la fois fatigué et apeuré.

Fatigué…

Je suis fatigué de voir mon pays attaqué dans sa chair. Fatigué de le voir attaqué sur ses valeurs fondamentales. Dans sa revendication, Daesch a parlé de Paris comme la « capitale des abominations ». Finalement ce qu’ils ont attaqué ce vendredi 13 novembre c’est la force de la vie, c’est la joie de vivre, le simple bonheur d’un concert, d’un verre en terrasse ou d’un match de foot. Voilà ce qu’ils abhorrent chez nous, notre liberté, notre fierté bravache. Je suis fatigué de voir toutes ces valeurs fondamentales qui font que nous sommes ce que nous sommes prises pour cible. Fatigué de me dire qu’ils peuvent frapper à tout moment parce que nous ne nous arrêterons pas de vivre pour eux, ce serait leur donner raison. Chaque génération se croit vouée à refaire le monde mais pas la nôtre. Je suis fatigué d’avoir à me battre pour empêcher que la société, que les relations sociales, que le monde finalement ne se défassent. Voilà tout le défi qui se présente à nous. Aujourd’hui nous sommes tous comme Atlas avec le monde sur nos frêles épaules.

Et toi Daesch, et vous les terroristes je suis fatigué de vos agissements qui ne visent qu’à souiller la religion musulmane qui ne les dicte en rien. Cette religion qui enseigne à ses fidèles que tuer un homme revient à tuer toute l’humanité. Fatigué d’avoir à répéter par votre faute que l’Islam n’exige en aucun cas que les musulmans tuent des gens qui profitent de la vie. Fatigué de vous voir assassiner des citoyens du monde de toutes origines et de toutes confessions. Fatigué de voir que vous forcez de simples musulmans à mourir pour lutter contre votre dévoiement de la religion. Fatigué d’apprendre qu’Adel, un jeune libanais, a dû se sacrifier samedi et se jeter sur un de tes fantômes pour l’empêcher de se faire exploser dans une mosquée de Beyrouth. Fatigué de vous entendre crier « Allah u Akbar » à chacune de vos exactions. Vous dites que Dieu est grand et je vous rejoins. S’il est si grand que ce que vous croyez pensez-vous vraiment qu’il a besoin de vous, bande de vermines, pour notifier sa grandeur ? « Or c’est à Allah qu’est la puissance ainsi qu’à Son messager et aux croyants. Mais les hypocrites ne le savent pas » (sourate 63, verset 8) voilà ce que dit le Coran alors lisez-le plutôt que de l’exhiber avec vos mains maculées de sang. Je suis fatigué de vous voir travestir ma religion parce que comme l’écrit brillamment Camus dans ses Lettres à un ami allemand, « ce qu’on souffre le plus durement, c’est de voir travestir ce que l’on aime ».

Apeuré

Depuis vendredi soir je ressens de la peur mais ne te réjouis pas trop vite Daesch. Ce n’est pas de toi que j’ai peur. J’ai peur de voir les valeurs millénaires de la France, j’ai peur que tes agissements innommables parviennent à diviser mon pays. J’ai peur que tu atteignes ton but, celui que tu recherches derrière tes attentats et les meurtres d’innocence : jeter l’opprobre sur les musulmans d’Occident, qu’ils soient tous regardés comme des terroristes en puissance. En fait ce que tu cherches, et qui me fait peur, c’est d’entrainer le monde dans un manichéisme primaire, c’est de forcer les gens à montrer du doigt une population qui n’aura alors plus d’autres choix que de trancher entre toi et eux. J’ai peur des représailles. J’ai peur que le cycle de la violence soit enclenché et que les radicaux de tous bords parviennent à embraser la société. J’ai peur que Girard, dans La Violence et le sacré, ait décrit ce qu’il peut arriver désormais. Parce que finalement, ce que Daesch cherche à détruire, le lien social et la société française, il n’y a que nous qui pouvons le réaliser un peu comme la colonisation dans Les Racines du ciel de Romain Gary : « Je voulais échapper à tout ce que vous avez si bien appris de nous et qu’un jour ou l’autre vous allez inoculer de force à l’âme africaine- il faudra, pour y parvenir, une oppression et une cruauté auprès desquelles le colonialisme n’aura été qu’une eau de rose et que seul Staline a su faire régner, mais je vous fais confiance à cet égard : vous ferez de votre mieux. Vous allez accomplir pour l’Occident la conquête définitive de l’Afrique ».

J’ai peur des propos réactionnaires et extrémistes qui ne manqueront pas d’arriver. J’ai aussi peur des réponses toutes aussi idiotes que des extrémistes de l’autre bord sont susceptibles de fournir. J’ai peur de voir mon pays céder aux sirènes de la haine. J’ai peur que mes concitoyens acceptent que la France laisse de côté sa moralité et demandent que l’on réponde à la haine par la haine. J’ai peur que l’on réponde aux flammes par les flammes, aux balles par les balles et que l’on abandonne toute intelligence, toute raison. J’ai peur que l’épée réponde à l’épée sans se soucier de l’esprit alors même que l’esprit couplé de l’épée est invincible. J’ai peur que mon pays se transforme en une zone où le manichéisme a vaincu. Peur que les regards suspicieux remplacent les regards de bonté. Peur que nous oublions que « le barbare c’est d’abord celui qui croit à la barbarie » comme l’écrivait si bien Levi-Strauss dans Race et Histoire. Finalement j’ai peur que nous oubliions les valeurs léguées par notre Histoire.

Je suis fatigué et apeuré mais je ne perds pas espoir. Quiconque n’a jamais connu la peur ne peut pas être courageux. Aujourd’hui, je me sens entouré par une multitude de personnes semblables qui ont été touchées au plus profond de leur chair par ces attentats. Unis nous sommes invincibles, unis l’humanité ne peut que s’imposer face aux idéologies mortifères. « Le courage, disait le grand Jaurès, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques ». Mes amis, faisons preuve de courage. Nous en avons grandement besoin !

27 commentaires sur “Jeune français de confession musulmane, je suis fatigué et apeuré

  1. J’ai lut ton article, je le comprends en partie, mais je ne suis pas à ta place donc peut être que certaines choses m’échappent. Par exemple quand quelqu’un tire sur mes amis je n’ai pas peur de la colère de mes amis, j’ai peur qu’ils se soumettent. Quand on me déclare la guerre, je n’ai pas peur de la faire, j’ai peur de la perdre.

    Le sang a été répandu, on ne peut pas revenir la dessus, d’autre sang coulera, non par la loi du talion mais simplement par celle de la légitime défense, la question n’est pas si nous devons dégainer, mais qui nous devons viser.

    Tu as peut être raison d’avoir peur qu’on mette tous les musulmans dans le même sac, mais pour l’instant, que je sache ce n’est pas encore arrivé. Même si beaucoup se pose des questions, personne n’est allé tirer à coup de AK47 dans une mosquée en banlieue.

    Il y a enfin une phrase qui m’a fait sursauter, mais j’espère l’avoir mal comprise: « En fait ce que tu cherches, et qui me fait peur, c’est d’entrainer le monde dans un manichéisme primaire, c’est de forcer les gens à montrer du doigt une population qui n’aura alors plus d’autres choix que de trancher entre toi et eux. » Je la cite en entier mais c’est la fin qui me fait un peu peur. Est-ce si absurde et difficile pour un musulman de choisir entre ces tueurs et les non-musulmans? Si oui, j’ai très peur de la tournure que vont prendre les choses.

    Je ne viens pas polémiquer, les circonstances s’y prête mal, donc si par hasard une tournure de phrase était maladroite ou un ton paraissait agressif je te prie de m’en faire m’en part avant d’être sur la défensive ou la contre-offensive.

    J'aime

    • Sur la phrase que tu pointes je me suis peut-être mal exprimé. Ce que je veux dire c’est que si on laisse Daesch imposé le manichéisme et qu’on sépare le monde entre musulmans et non-musulmans ça ouvre la porte à la radicalisation de certains.

      Sur le reste, je te répondrais plus tard, j’ai pas la force de débattre aujourd’hui

      J'aime

  2. Bonjour Marwen !

    Nous ne laisserons ni la peur, ni l’angoisse, ni la colère nous submerger…

    Nous allons nous emplir d’ AMOUR, de COURAGE, de NON-VIOLENCE, de RÉSISTANCE PASSIVE et resterons « droit dans nos souliers »… Dignes et fiers !

    Vous n’êtes pas seul Marwen, La France est NOTRE pays !!!

    « (N)vous devez(ons) être le changement que (n)vous voulez(ons) voir dans le monde ». Gandhi

    Aimé par 1 personne

    • Je trouve ton article très bien et je suis heureux d’entendre un musulman qui me semble profondément français.
      Je n’approuve pas la réponse non violente de dll.
      Tu veux aller faire des bisous a daesh et leurs dire que c’est mal ?
      Non l’esprit doit faire corps avec l’épée. Il faut se battre pour avoir le monde que l’on souhaite.
      La vie n’est pas rose dehors. Il faut se réveiller.
      Enfin je voudrais pointer du doigt les responsables de ce carnage.
      FABIUS ET HOLLANDE qui ont soutenu ISIS et DAESH des organisations terroristes depuis le début contre Bashar Allassad et le peuple Syrien. On pleure ici pour 129 morts quand on a fourni de l’argent et des armes aux soit disant rebels qui ont fait des dizaines de milliers de morts en Syrie.
      Assez d’hypocrisie.

      J'aime

      • Alors Quoi ! Vouloir déclencher un énième conflit à l’échelle planétaire serait la solution selon vous ?

        Jeter l’opprobre sur quelque quidam que ce soit n’est pas une solution non plus ! Les responsabilités sont beaucoup plus complexes qu’elles ne semblent…

        La CHARTE, lien ci-dessous -n’existe qu’en anglais-, est la meilleure réponse qui vaut pour le TRÈS long terme et cela commence ICI et MAINTENANT… Seul réveil possible !!!

        CHARTER_OF_UNIVERSAL_RESPONSIBILITY_February_14_2012

        C’est mon sentiment, et n’en changerai point. Là finit cette discussion.

        J'aime

  3. Cher Marwen

    Nous ne nous connaissons pas, mais j’aurais aimé pouvoir discuter avec toi sur les messages contenus dans ta « lettre ». J’espère que tu me pardonneras si j’utilise spontanément le tutoiement.

    Je suis assez d’accord avec toi sur le contenu général de ton message (nous haïssons la haine qui déferle et nous avons peur des intolérances) et j’ai bien entendu apprécié les citations variées que tu as utilisées, mais une phrase me met extrêmement mal à l’aise et je souhaite donc t’en parler directement.

    Il s’agit de cette phrase :

    « ….. c’est de forcer les gens à montrer du doigt une population qui n’aura alors plus d’autres choix que de trancher entre toi et eux….. » (Rappel, tu t’adresses apparemment à Daesh).

    J’espère de tout coeur que le choix entre « Daesh » et eux (je suppose qu’il s’agit de la république française ?) ne sera pas trop difficile à faire.
    Mais j’ai conscience que ma formulation laisse transparaître une ironie que je voulais pas inclure dans mes propos….

    Autorise moi donc à reformuler et être plus explicite : faut il être « obligé » (j’ai cru pouvoir utiliser les caractères gras) de choisir entre d’une part l’Islamiste radical et prêt aux pires crimes et d’autre part la république qui, même si elle n’est pas parfaite (la démocratie n’est elle pas, dixit W Churchill, le pire des systèmes à l’exception de tous les autres ?), est tout de même capable d’être ouverte et tolérante ? (Je crois pouvoir affirmer que tu en es la preuve vivante, Allah merci).
    Faut il être obligé de choisir entre la vie et la mort ? Entre la paix et la guerre ? Le « choix » (oui, encore entre guillemets…) n’est il pas évident ?

    J’ai conscience que fixer la frontière est difficile, et que des zones de flou existent dans les différentes interprétations du Coran. Il est certain que définir quelqu’un comme un « infidèle », et donc le désigner explicitement comme un ennemi, ne facilite sans doute pas les choses.

    Mais ne pense tu pas qu’il est temps pour l’Islam « modéré » (oui, je sais, la présence des guillemets introduit un bémol) d’affirmer haut et clair que la liberté du musulman s’arrête là où commence celle de l’athée ? Là où commence celle du juif ? Là où commence celle du catholique, du protestant, du bouddhiste ? N’est il pas temps d’arrêter les belles envolées épistolaires et commencer les comportements vertueux, à savoir introduire un peu de tolérance et donner la priorité absolue à la paix ?
    Je sais que ton message est sincère et que la phrase que j’ai relevée doit sans doute plus à la maladresse (ou plutôt à la rapidité de la rédaction) qu’à la réalité d’une hésitation sur les critères du choix à faire.

    Cela étant dit, je mentirais si j’affirmais qu’il n’y a aucun risque de voir la communauté musulmane quelque peu stigmatisée à la suite de ces crimes horribles. Il y aura des crétins qui ne seront que trop contents de profiter de ces tristes évènements pour faire avancer leurs thèses, et je ne parle pas que des hommes politiques, même s’ils seront les premiers à le faire.
    Mais c’est à toi et à moi, ou à celles et ceux qui désirent vivre dans une société ouverte et amicale, qu’il appartient de parler ouvertement et clairement, sans ambiguïté, et mettre leurs comportements à la hauteur de leur désir de paix.

    Merci à toi d’avoir pris le temps de me lire et pardonne moi si mes interrogations ont été présentées trop crûment. Il me semble tout de même qu’il est temps de s’engager violemment dans la non violence, et j’espère donc que tu ne t’offusqueras pas de ma sincérité.

    J'aime

    • Cher Lucide (j’imagine bien que ce n’est pas ton prénom mais bon je fais avec ce que j’ai),

      Décidément pour la phrase que tu pointes j’ai du mal m’exprimer parce que tu n’es pas le/la premièr/e à me faire la remarque. Je ne m’offusque pas du tout de ton questionnement, il me semble légitime. Je vais donc reformuler pour qu’il n’y ait plus aucune ambiguïté sur mon propos: ce que je veux exprimer par ma phrase, c’est ma peur de voir Daesch atteindre son objectif qui est le suivant pour moi: réussir à importer leur grille d’analyse dans notre pays à savoir scinder le monde entre musulmans et non-musulmans. Je dis simplement ma peur de voir la situation se radicaliser des deux côtés. En d’autres termes j’ai peur que nous cédions à leur provocation qui vise à nous faire dire « pour être un bon républicain vous devez abjurer l’Islam ». Je pense que si cette situation devait se produire alors certaines personnes pourraient, en effet, se radicaliser…

      J’espère avoir été clair. Dans le cas contraire, n’hésite vraiment pas à me demander de reformuler ou d’expliciter !

      J'aime

  4. Serait-il possible que quelqu’un comprenant l’arabe valide l’exactitude des sous-titres anglais d’une vidéo reprenant des extraits du prêche du vendredi 13 novembre de l’Imam Mohamed Khattabi à la mosquée Aïcha de Montpellier ?

    La vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=BY6_pYXNSHs

    Un des passages en particulier est problématique :

    8 minutes et 15 secondes : « According to scientific statistics, all the institutions in charge of human rights groups are Zionist. Yes. »

    Mais c’est toute la vidéo qui est hallucinante.

    Les musulmans de France doivent VIRER, eux mêmes, ce type et ses semblables. Si le changement ne vient pas de l’intérieur de l’Islam de France, s’il ne se réforme pas, vite, je prédis des lendemains terribles.

    Tu cites souvent Camus, Voici une autre citation :

    « Il faut toujours dire ce que l’on voit : surtout il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l’on voit. »
    Charles Peguy, Notre jeunesse, 1910

    J'aime

    • J’écoute ca dans la journée et je te dis ! On est d’accord sur le changement de l’intérieur mais il ne faut pas non plus sombrer dans l’amalgame de l’autre côté sinon ca compliquera encore plus les choses.

      J'aime

    • Alors moi je comprends pas sioniste. En tous cas il faut que je me renseigne c’est peut-être une traduction que je ne connais pas.
      Sur la vidéo dans sa globalité y aurait-il le sermon en entier ? Parce que c’est des extraits à chaque fois, certains borderlines je l’accorde. Mais pour pouvoir juger pleinement un discours il faut l’avoir en entier. C’est ma méthodologie en tous cas. Donc si tu arrives à trouver ca je me ferai un plaisir de le faire 😉

      J'aime

  5. Au fur et à mesure que les heures, les jours, les années passent, je prends conscience que le risque de voir arriver au pouvoir le Front national grandit dangereusement. Ce que je pensais auparavant impossible devient non seulement possible, mais probable.

    Le risque d’amalgame n’est plus entre musulmans et terroristes, il commence à devenir entre arabes et terroristes. La situation est grave, plus grave que beaucoup le pense, à mon avis. Le nombre de gens qui n’hésitent plus à dire que la France a accepté trop d’immigrés augmente.

    Les beaux discours ne changeront rien, évidement. Ce qui change ce genre de réalité se sont les actes. La communauté arabo musulmane de France doit se bouger, et vite. Il n’est peut-être pas trop tard.

    1) Construire un véritable Islam de France, avec un clergé digne de ce nom, une hiérarchie, une doctrine république et laïque.

    2) Virer tous les salafistes et assimilés des mosquées, évidement.

    3) Insister sur l’égalité des hommes et des femmes.

    4) Etre impitoyable envers l’antisémitisme.

    5) Organiser des mouvements citoyens de luttes contre la criminalité dans les quartiers

    6) Organiser des mouvements citoyens de promotion de l’instruction et de l’éducation comme unique horizon. Aider les parents dépassés.

    7) Et peut-être, rejeter, autant que possible et raisonnable, certains aspects culturels par trop différenciant, comme c’est le cas de certaines règles alimentaires, ou tenues vestimentaires, que ce soit pour les hommes ou les femmes. Faire le contraire pour le clergé. Cela peut sembler idiot, mais parfois les symboles sont importants.

    Bref, en faire « plus », trop peut-être, au point que cela pourrait presque paraître injuste. Je crois que c’est le prix à payer pour inverser la tendance, à supposer que cela soit encore possible.

    En ce qui concerne l’aspect religieux : Je suis athée, pour moi les dieux sont des créations humaines, je n’y connais rien en théologie et je n’ai donc aucun moyen de penser ce que pourrait être un Islam de France moderne, concrètement. Prendre exemple sur les chrétiens pourrait être une bonne base de départ. Autant que possible, virer toutes les références à un monde fondamentalement divisés en deux catégories (« eux » et « nous ») : Il ne faudrait pas qu’à force de le répéter les gens finissent par le croire.

    Et, j’oubliais, accepter le « droit au blasphème ».

    J'aime

    • Bonjour Manuel,

      Je suis d’accord avec l’ensemble de ton message sauf sur le point 7. En somme sur ce point tu demandes aux musulmans de ne plus être musulmans… Ne plus manger halal par exemple n’est pas envisageable pour un musulman par exemple…

      J'aime

      • je ne pense pas que tu puisses imaginer combien ta réponse me met du baume au cœur, me rend optimiste, me redonne la pèche.

        Je vais laisser un peu de temps passer avant de te répondre sur le point 7. Il faut que je mette mes idées au clair sur la question, qui est complexe.

        A plus tard.

        J'aime

    • Je voudrais d’abord préciser que je respecte la croyance en Dieu. Plus jeune, ce n’était pas le cas, et je considérais tout croyant avant tout comme un idiot. C’était il y a longtemps. Un jour j’ai appris que je ne sais plus quel prix Nobel de physique était croyant, et j’ai pris une grosse claque. Depuis, j’ai admis qu’il y avait dans la foi quelque chose de profondément humain, et ancien. Je reste viscéralement athée, ceci dit.

      L’attachement aux rites est probablement plus ancien encore que les religions elle mêmes, et je respecte aussi ce lien, que je ne suis pas loin de voire comme étant un peu magique, entre la foi et le respect des rites. Là encore, j’ai pris des claques en constatant à quel point des gens extrêmement intelligents accordaient une importance immense au respect de certaines règles. Je crois néanmoins que le plus important dans les rites n’est pas leurs contenus précis, mais leur existence, et la satisfaction (le mot n’est peut-être pas le bon) que semble procurer leur observance.

      Malgré tout, j’ai encore un peu de mal avec ceux qui présentent avant tout les choses comme « il faut le faire, car Dieu l’a demandé ». Il me semble qu’une Religion moderne peut et doit adapter certains rites au contexte. En particulier, les rites observés dans une sphère strictement privée, et ceux concernant également la sphère publique doivent être distingués.

      Je voudrais que les choses soient claires : mon point 7 concerne une modernisation de l’Islam de France, venant avant tout des pratiquants eux-mêmes, dans le but de convaincre la grande majorité de la population qu’il n’y a pas, et qu’il n’y aura pas à l’avenir, d’incompatibilité entre l’Islam et la France. Bref, se faire oublier, devenir banal, devenir un faux problème, un problème « inexistant », un peu comme les chrétiens et les juifs, pour résumer.

      Évidemment, je charge la barque et je demande peut être trop. Mais je reste convaincu que cette sorte d’invisibilité est le prix à payer pour une future société apaisée et tolérante.

      En même temps, je me rends parfaitement compte de l’inanité de mon propos. C’est quelque chose que je reproche assez souvent à l’extrême gauche et que je suis donc capable de m’appliquer à moi-même : peu importe les utopies, ce qui compte c’est ce qui arrive !

      Le communautarisme va progresser, le salafisme va s’étende, les fractures dans le pays vont s’élargir, et chaque jour qui passe nous rapproche des prophéties de Zemmour et de Houellebecq. Ça me rend très triste, ça me met physiquement mal à l’aise, ça fait mal, réellement, mais je suis démuni face à de telles forces.

      J'aime

      • Je t’avoue que ça me fait sourire que tu aies attendu si longtemps pour reconnaître que foi et intelligence peuvent aller de pair. Je ne pense pas qu’il y ait plus ou moins de personnes intelligentes chez les athées que chez les croyants. Saint-Augustin ou Averroès avaient déjà démontré en leur temps cette capacité à lier les deux.

        Personnellement je me fiche que la personne en face de moi soit croyante ou athée, ce qui compte c’est le propos qu’elle va m’énoncer et sa pertinence. Je considère d’ailleurs qu’il est tout autant irrationnel d’être athée que d’être croyant. Les plus humbles, pour moi, sont les agnostiques qui reconnaissent leur ignorance.

        Sur le point 7 on restera définitivement en désaccord (ce qui ne m’empêche pas d’être d’accord avec toi sur le but recherché, pas sur le moyen). En somme tu veux que l’islam se dissolve dans la France et ça me dérange. Demande-t-on à un chrétien ou à un juif d’enlever son signe distinctif ? Il m’arrive souvent de croiser des juifs portant une kippa et je ne vois pas où est le problème. Tu demandes aux musulmans de ne plus être musulmans dans la sphère publique pour régler le problème. ça n’est pas et ne sera jamais la bonne solution pour moi. Plutôt que la laïcité c’est le laïcisme que tu prônes finalement sur ce point précis.

        J'aime

  6. Merci pour cet article, ouvert, sensible. Je m’abonne à tes flux RSS 🙂

    Pour le point 7. de Manuel, moi non plus je ne suis pas d’accord (et je précise, je suis athée). C’est normal que tout un chacun puisse choisir comment il s’habille, et ce qu’il mange. Par religion, ou conviction, ou par hasard, c’est une question de liberté.
    Qu’il y ait des plats halal dans les cantines scolaires par exemple (et pas uniquement, nous aimons la diversité) est indispensable pour que les enfants puissent manger ensemble, et se sentir bien dans notre société.
    Si derrière ce point 7. se cache la question du port du voile ou de la burqa, là aussi, c’est la liberté de chacun, d’être nonne chrétienne voilée, d’être musulmane voilée, ou d’être un quidam qui se déguise au carnaval. Personnellement je n’aime pas la burqa et sa symbolique, mais c’est la liberté de chacun d’en porter une ou non. Et pire : l’interdire ce serait transformer son utilisation en acte de résistance. Et ça stigmatise notre société.

    Il s’agit aussi que nos classes politiques soient responsables, qu’elles représentent et défendent mieux la multiculturalité de notre chère France.

    Aimé par 1 personne

  7. Tu as tort de sourire et de mettre sur le même plan les croyants et les athées, dans une sorte de « tout se vaut ».

    Si je respecte les croyants, c’est parce que j’ai compris à quel point la foi est un phénomène humain, universel, et que « je considère que rien de ce qui est humain ne m’est étranger ». Mais tu dois comprendre l’effort que cela demande, ne pas en sourire, et ne pas le relativiser.

    « Car en vérité je te le dis » : ton Dieu n’existe pas, ni celui des chrétiens, ou des juifs, pas plus que les centaines d’autres que se sont inventés les hommes.

    Je n’ai pas non plus de problèmes quand je croise un juif portant la kippa. C’est un petit symbole relativement discret signifiant peu de choses. Il est en tout autrement, chez certains juifs, de tenues ou de coiffures beaucoup moins discrètes et qui m’indiquent un intégrisme qui me dérange beaucoup plus.

    Mais les juifs français ont accepté (ils n’ont pas trop eu le choix, pourrait-t-on dire) le « Il faut tout refuser aux Juifs comme nation et tout accorder aux Juifs comme individus. » de Clermont-Tonnerre, en 1791, ce qui fait une grande différence.

    Il faut lutter contre tout ce qui renforce le « eux, et nous » dans l’espace public, ce qui inclus les écoles et les entreprises. Sinon, on amorce un phénomène qui ne fera que s’amplifier : si tu peux imposer à la société que tel ou tel type de prescription religieuse soit respectée dans les cantines, il n’y aura pas de fin, et un homme pourra exiger que sa femme ne soit examinée que par une autre femme à l’hôpital. C’est un exemple caricatural, mais j’aimerais bien comprendre pourquoi une prescription serait normale et devrait s’imposer à tous, alors qu’une autre serait illégitime. Une fois qu’on aura établi le « il faut respecter le droit de suivre sa religion comme on l’entend», qui va décider ce qui est acceptable de ce qui ne l’est pas ? Au nom de quels principes ?

    Oui, je suis maintenant pour une laïcité « agressive ». Les bigots, les réactionnaires, les « fascistes » ont le vent en poupe autant, sinon plus, chez les musulmans que chez les non musulmans. Pour l’instant, ils sont minoritaires, des deux côtés.

    Et plus le temps passe, plus ces histoires de religions commencent à m’énerver gravement ! Les français ont beaucoup bataillés, durant quelques siècles, avec moult massacres à la clé, pour finalement rejeter les religions et leurs délires politiques dans la sphère privée. Qu’elles y restent ! Même la dernière arrivée !

    J'aime

    • Non on va rectifier ta phrase tout de suite je n’ai pas tort comme tu dis, tu n’es pas d’accord avec moi c’est pas pareil. Tu n’as pas le monopole de la vérité (et je ne l’ai pas non plus). Je n’ai pas non plus dit que tout se valait je dis simplement que les deux positions sont autant irrationnelles l’une que l’autre pour moi rien de plus.

      Donc je dois te remercier de me respecter ? Je considère que le respect est normal mon ami c’est peut-être ce qui nous différencie alors.

      « En vérité je te le dis ». Tu la détiens donc la vérité ? Quelle blague. Je ne te prouverai jamais que Dieu existe et tu ne me prouveras jamais qu’il n’existe pas tout simplement car ce débat n’a rien de rationnel.

      Très bien eh bien nous ne sommes pas d’accord je ne veux pas de ton laïcisme et tu te trompes quand tu dis que les Français ont bataillé pour rejeter la religion et leurs délires (quel mépris d’ailleurs !) dans la sphère privée. La loi de 1905 c’est la neutralité de l’Etat par rapport aux religions, pas le rejet du fait religieux dans la sphère publique désolé de te le dire.

      J'aime

  8. Je ne dis pas que tu as tort de croire en Dieu, je dis que tu as tort de sourire à propos de ce que te dis un athée qui accepte finalement que les autres croient. Ce n’est pas la même chose. Et tout les athées ne sont pas comme ça, ne l’oublie pas.

    « En vérité je te le dis », c’était pour détendre l’atmosphère, pas à prendre au premier degré. Manifestement c’est raté.

    Je ne faisais pas spécialement référence à la loi de 1905, mais s’il s’avère qu’il faut l’étendre pour mettre les points sur les i, je suis pour.

    J'aime

  9. Je n’ai jamais dit que tu avais dit ça. Je dis juste que tu n’as pas à dire que j’ai tort tu peux dire que tu penses pas la même chose, pas que j’ai tort c’est tout. Je trouve que ça prête à sourire c’est mon droit. Je trouve ça quand même gros de devoir remercier les gens qui font preuve de respect c’est censé être normal quand même.

    Très bien donc ce que tu dis sur les Français c’est des choses en dehors du cadre de la loi et qui sont un dévoiement de ladite loi. Je suis contre ce que tu proposes. Remettre les points sur les i c’est exiger que les musulmans ne le soient plus je n’y suis pas favorable.

    J'aime

  10. Voilà de belles paroles de tolérance, à partager ! Merci !
    Oui la diversité est une réalité et le métissage une de ses composantes, ne nous laissons pas enfermer dans des carcans !

    Salima française d’origine marocaine sans confession

    Aimé par 1 personne

  11. […] Sur son blog, Marwen Belkaid apparaît surtout comme un défenseur  de l’islam qui, pour lui,  n’a rien à voir avec l’islamisme et les récents attentats.  Le débat qui a suivi cet article et les réponses à ses contradicteurs est particulièrement […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s