Après la consternation, la réflexion et l’action !

« Le choc », « Ça se rapproche »,  « Résister ! ». Les unes de la presse françaises sont unanimes en ce lundi 7 décembre 2015. Le Front National est sorti renforcé du 1er tour des élections régionales. Récoltant près de 30% des suffrages au niveau national, il s’affirme de plus en plus comme le premier parti de France. En se plaçant en tête dans près de 52% des communes françaises, le voilà qui renforce encore son maillage territorial. Après ce premier tour, le parti de Marine Le Pen vire en tête dans 6 régions sur 13 et est en mesure de probablement gagner 3 de ces régions : le Grand-Est, le Nord-Pas-de-Calais Picardie et la PACA. Le coup est rude pour beaucoup. Evidemment on s’attendait à une large victoire du FN lors de ces régionales mais hier, à 20h, les craintes se sont matérialisées sous nos yeux. Je mentirais si je disais que je n’ai pas pris un énorme coup derrière la tête.

Ma région natale, la PACA, a placé Marion Maréchal Le Pen en tête avec près de 40,55% des suffrages. En regardant les résultats à Marseille et en voyant le FN en tête sur 13 arrondissements sur 16 je n’ai pu retenir quelques larmes. Et maintenant on fait quoi ? On continue à pointer du doigt les abstentionnistes et les votants FN ? On continue à faire la même chose ? Cette même politique qui depuis 30 ans a fait que le FN est aussi haut aujourd’hui ? Ou alors on réfléchit et on essaye d’analyser les raisons profondes de ce succès pour mieux lutter contre les idées du Front National. La France est en crise politique nous dit-on. Je suis d’accord mais alors il faut prendre l’acception grecque du terme : nous sommes au moment d’un choix. Ou bien nous nous réinventons ou bien le FN arrivera au pouvoir.

Du vote sanction au vote d’adhésion

L’abstention s’est élevée à 49,5% dimanche lors du premier tour des Régionales. Ce chiffre n’a échappé à personne. Toutes les émissions spéciales ont, en effet, passé ce chiffre au peigne fin pendant près d’une heure (entre la prise d’antenne à 18h30-19h et la diffusion des résultats à 20h). Tous les spécialistes se réjouissaient de voir une abstention élevée certes (1 Français sur deux n’a pas voté) mais en baisse de près de 4 points par rapport aux précédentes régionales. Alors même que l’abstention ne faisait que grimper, elle a connu un recul plutôt franc dimanche. D’aucuns ont vu dans cette abstention moindre un signe d’espérance selon le vieil adage qui voudrait que « l’abstention profite avant tout au Front National ». Et pourtant, cette baisse de l’abstention n’a profité ni au PS en fonction ni à l’opposition. Les Républicains et le PS ont connu un échec cinglant dimanche soir. Aussi Marine Le Pen a-t-elle raison quand elle affirme qu’à chaque élection, « le vote FN devient de plus en plus un vote d’adhésion ».

Lundi matin j’entendais sur I-Télé Thierry Mandon, secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur, affirmer qu’il fallait arrêter de croire que le vote FN était un « vote de dépit, de colère ou d’écœurement » et qu’il fallait désormais y voir un réel vote d’adhésion. Nous sommes, en effet, loin du temps où Jean-Marie Le Pen se présentait en élément perturbateur. Même lors des élections présidentielles de 2002, le vote FN était un vote de ras-le-bol. C’est notamment pour ça qu’au deuxième tour Jean-Marie Le Pen n’a quasiment gagné aucune voix par rapport au premier tour. Aujourd’hui, le FN exprime la peur et le ressenti d’une partie des Français qui se sent à la fois vulnérable à la mondialisation et à l’économie libérale qui régit le monde et à la fois méprisée par une classe politique qui s’est détournée d’eux pour se murer dans sa tour d’ivoire en étant bien loin des préoccupations des Français. Le FN exprime ces peurs là. On peut ne pas être en accord avec les solutions prônées par ce parti mais rejeter d’un bloc les raisons du vote FN ou de l’abstention est le meilleur moyen de creuser un peu plus l’abîme qui sépare ces deux France.

Parti Socialiste et Les Républicains: deux partis, une même débâcle

Dimanche, le tripartisme s’est définitivement installé en France. Il était déjà présent depuis un bon moment mais la transformation du vote sanction en vote d’adhésion marque un réel tournant dans la vie politique française. Dimanche le Parti Socialiste et Les Républicains ont connu une débâcle sans précédent. Le Parti Socialiste, tout d’abord, a connu une défaite historique, une énième depuis 2012 me direz-vous. Après les municipales, après les départementales, après les Européennes, voilà le Parti Socialiste éliminé purement et simplement de 2 régions sur 13. Qu’est-ce que cela signifie ? Tout simplement que durant les 6 prochaines années, en PACA et en Nord-Pas-de-Calais Picardie, il n’y aura aucun conseiller socialiste dans les hémicycles de ces deux régions. Marine Le Pen a parlé d’un « suicide collectif », je n’emploierai pas la même expression mais force est de constater que cette situation concourt fortement à un affaiblissement certain du PS.

Le Parti Socialiste a connu une débâcle il est vrai mais Les Républicains ne sortent pas indemnes de cette élection. Si on peut expliquer la défaite du PS par l’usure du pouvoir et par la logique du processus électoral, l’échec du parti de Nicolas Sarkozy a des airs de grande bérézina. Alors même qu’il est censé incarner l’alternance, l’alternative au pouvoir socialiste, il se retrouve incapable de convaincre les déçus de la politique de François Hollande. Voilà ce qui arrive quand on renie les valeurs de ses figures historiques. Voilà ce qui arrive quand plutôt que de proposer un véritable projet de société on se contente de louvoyer et de critiquer l’exécutif tout en dépeignant le FN comme infréquentable alors même que l’on se complait à adopter sa rhétorique et certaines de ses idées. Si on se penche plus précisément sur les résultats on constate donc que droite comme gauche ont connu une débâcle peut-être sans précédent dans l’Histoire de notre pays.

Sans réelle alternative, le FN continuera à progresser !

Hier soir à 20h et quelques secondes, au moment de l’annonce des résultats, instinctivement j’ai cumulé les résultats du PS et de ses alliés, d’EELV et du Front de Gauche pour voir à quel niveau se trouvait le bloc de gauche à l’échelle nationale. Je dis instinctivement et ce mot là à son importance. Naturellement j’ai cumulé dans ma tête le score du bloc de gauche. Toutefois un problème est vite apparu dans ma démarche : le bloc de gauche n’existe plus. Rien ne réunit plus les différents partis dits de gauche. Quel point commun, en effet, entre le PS, EELV et le Front de Gauche ? Aucun aujourd’hui. La cause profonde du succès du Front National ou de l’abstention majoritaire en France réside dans cette constatation. Les scores du Front National nous apprennent en effet beaucoup sur la situation de la France. Non la France n’est pas raciste ou fasciste dans sa globalité comme l’on voudrait nous le faire croire.

La réalité est bien plus complexe. Si le Front National est si haut c’est parce qu’il représente la seule alternative possible aujourd’hui. Peu importe les idées qu’il représente, il occupe un créneau où il est seul. Il n’y a plus de réelle alternative à gauche, la voix progressiste s’est éteinte en France. C’est en partie pour ça que la jeunesse dans la majorité s’abstient ou vote Front National. Quel paradoxe que le vote FN de la part de la jeunesse. A l’âge où l’on est censé avoir envie de refaire le monde, avoir des rêves plein la tête, ma génération se jette dans les bras du parti le plus conservateur qui existe sur la scène française. Le cœur du problème se trouve ici. Le FN et l’abstention nous révèle la volonté d’alternative de la part d’énormément de Français. Aussi longtemps que cette alternative n’existera pas sur la gauche de l’échiquier politique, le Front National demeurera aussi sinon plus fort. Les succès actuels du FN sont le fruit d’une droitisation constante de la vie politique française depuis plus de 30 ans. Aujourd’hui beaucoup de gens s’accordent à dire que le PS au pouvoir a tout d’un parti de droite. Si tel est le cas alors 85% des électeurs ont voté pour un parti plus ou moins de droite.

Finalement, beaucoup de personnes ont parlé d’apocalypse dimanche soir ou lundi dans la journée. Nous avons vécu une véritable apocalypse au sens originel du terme et celle-ci n’est qu’à son début. Apocalypse, en grec, signifie révélation. En ce sens les succès toujours grandissants du FN nous montre de manière prégnante la volonté d’alternative que beaucoup de Français portent en eux. Il s’agit dès lors à tous, ma génération en particulier, de s’engager pour porter ce beau projet. Toutefois, il ne s’agit en aucun cas de monter un énième parti qui finira par tomber en déshérence. Ce qui importe c’est de remettre le processus politique dans le bon sens : établir un programme et un projet de société avant de fonder un parti. Cette lutte, celle des idées, sera longue. La route sera longue et sinueuse et nous vivrons sans doute souvent comme Sisyphe mais comme le dit Camus : « La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un cœur d’homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux ». Sans doute, nous ne verrons pas les résultats finaux de ce processus de notre vivant mais c’est une condition sine qua none à l’engagement politique au sens premier du terme, à savoir la vie de la cité. Le grand Jaurès le disait déjà en son temps, lors de son Discours à la jeunesse : « Le courage c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel ; c’est d’agir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense réserve à notre effort l’univers profond, ni s’il lui réserve une récompense ».

2 commentaires sur “Après la consternation, la réflexion et l’action !

  1. Bon Jour ! Marwen, séchons vos larmes le BIEN l’emporte TOUJOURS…

    RÊVE OU CAUCHEMAR ? GUERRE OU PAIX ?

    À NOUS DE CHOISIR !!!

    Que sonnent les trompettes,
    Que roulent les tambours !
    Que 2015 soit une BERESINA, LA déroute du Front NON-TIONAL !!!

    Que dimanche 13, soit le couronnement de SAINTE-BARBE ET,
    L’APOTEOSE de SAINTE-VICTOIRE…
    É-CLAIRONS !!!
    … les Treize desserts ainsi que NOS 13 RÉGIONS à la LUMIÈRE du Soleil et partageons :

    les 4 mendiants : figues sèches, amandes, raisins secs et noix,
    les dattes : symbole du Christ venu de l’Orient,
    les nougats : le nougat blanc, doux et onctueux représente la pureté et le bien, le nougat noir plus dur et cassant évoque l’impur et les forces du mal.
    la fougasse à l’huile d’olive : galette ronde aplatie à l’huile d’olive,
    la pâte de coing ou fruits confits dans la région d’Apt ou de Carpentras,
    les oreillettes (petite gaufre légère et fine),
    les fruits frais : mandarines, oranges, poires, raisins et melons d’hiver conservés pour cette occasion…

    Dimanche 13 XII 15 : DÉCLARONS LA PAIX, L’AMOUR, LA VÉRITÉ … À LA FRANCE !

    dll

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s