L’islam et les musulmans, chronique d’une hystérie française (1/3): soyez discrets, déshabillez-vous

[EDIT]

Le procureur en charge de la rixe de Sisco a affirmé que ladite rixe n’avait aucun fondement religieux a priori et relevait bien plus de la « logique de caïdat » avec tentative de privatisation de la plage. Toutefois cela n’enlève rien au fait que le maire de Sisco s’est précipité pour interdire le burkini, preuve à mes yeux de l’hystérie inquiétante qui touche notre pays actuellement.

En cette période olympique, il est des disciplines où nos politiciens excellent et méritent sans contestation possible la médaille d’or : le maniement de l’outrance et de l’invective ou l’instrumentalisation de l’islam à de sombres fins politiciennes et électorales. C’est bien simple, depuis presque deux mois il n’est pas un jour sans polémique autour de tel ou tel sujet se rapportant directement ou indirectement à l’islam et aux musulmans français. Il faut reconnaître à nos belles âmes le mérite de la constance et de l’inventivité tant elles parviennent jour après jour à se renouveler et à aller toujours plus loin dans l’invective, la polémique de bas étage et, in fine, dans l’accroissement de la division. Toutefois, pour être totalement juste, il faut reconnaître que ceux-ci prospèrent sur un terreau déjà bien présent et alimenté au quotidien par leurs multiples pitreries absolument indigne du moment singulier que traverse notre pays.

Du citoyen lambda au responsable politique, de la petite commune corse de Sisco à Cannes la clinquante, de la plage publique à un parc aquatique privé, notre pays est peu à peu gagné par l’hystérie et nos irresponsables responsables politiques ne font rien pour apaiser les choses, bien au contraire. Matin, midi et soir nous voyons se succéder les petites phrases et les grandes accusations, les propos rances et les tenues de camouflage qui les entourent ou encore les propos orduriers et les propositions les plus liberticides. Sous couvert de lutter contre un ennemi – Daech – c’est toute une communauté qui se retrouve stigmatisée et livrée à la vindicte populaire. Entendons-nous bien, il faut évidemment lutter contre Daech de la manière la plus implacable qui soit. Toutefois, à mes yeux, agir comme nous le faisons en France et hystériser le débat public n’est pas, c’est un euphémisme, le moyen le plus pertinent ou le plus efficace de lutter contre lui mais bien au contraire le moyen le plus sûr de le renforcer par nos divisions qui, si rien n’est fait, ne tarderont pas à se transformer en fractures irrémédiables.

Le maillot de l’hystérie

Les Pennes-Mirabeau, Cannes, Sisco, Villeneuve-Loubet, Le Touquet soit autant de villes où la polémique dite du burkini a vu le jour et a prospéré. Pour être tout à fait exact, il faut différencier le cas des Pennes-Mirabeau des quatre autres villes puisque dans ce cas c’est à propos d’une privatisation d’un parc aquatique que la polémique est née alors que dans les autres cas c’est bien d’une interdiction dans l’espace public dont il est question. Passons rapidement sur ce cas-là, bien que l’hystérie politicienne ait commencé dès cette situation, pour la simple et bonne raison qu’il ne s’agissait alors pas d’interdire l’accès à telle ou telle catégorie de personnes. Dans les quatre autres villes c’est bel et bien un espace public (en l’occurrence une plage) qui est proscrit pour des personnes portant un habit particulier (alors même qu’aucun fondement juridique n’existe sur le burkini). La profusion des raisons toutes plus loufoques les unes que les autres (laïcité, hygiène, risque de troubles à l’ordre public et j’en passe) atteste bien de la fébrilité des différents édiles ayant banni le burkini de leur plage en même temps qu’il vient souligner l’absence de fondement juridique de cette démarche.

Entendons-nous bien, il ne s’agit nullement de se déclarer pour ou contre le port du burkini mais bien de défendre une liberté fondamentale dans notre République, celle de se vêtir comme bon nous semble. Défendre la liberté de ceux qui nous ressemblent n’est pas défendre la liberté mais bien défendre ses petits intérêts. De la même manière qu’il serait absolument intolérable de vouloir empêcher des hommes ou des femmes de se balader en string sur une plage, il est absolument intolérable de vouloir empêcher des femmes de se baigner habillée. Je suis né et j’ai grandi à Marseille, j’ai fréquenté longtemps la plage de Corbières dans le nord de la ville et les différentes manières de se vêtir n’ont jamais dérangé personne. Vouloir faire croire que se baigner habillée peut causer un trouble à l’ordre public c’est donner raison à ceux qui prônent la violence en même temps que signifier de manière à peine masquée que l’Etat sera fort avec les faibles et faible avec les forts. Lors d’un meeting à Marseille en 2012, François Hollande affirmait que lorsqu’il serait président, « la force de la loi se substituerait à la loi de la force ». Les évènements qui ont eu lieu à Sisco tendent, malheureusement à montrer l’inverse. N’oublions pas qu’une fois qu’une liberté individuelle est ôtée il est bien compliqué de revenir en arrière et que la machine infernale est en route.

La fondation du mépris

S’arrêter sur la simple question du burkini serait à la fois partiel et partial puisqu’il me semble que le problème est bien plus profond que le débat sur le fameux maillot de bain, aussi hystérique soit-il. C’est, en réalité, toute la démarche qui entoure la relation entre l’Etat et les musulmans français qui est problématique. Après les effroyables attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray, François Hollande et Manuel Valls ont en effet rapidement annoncé leur intention de réactiver la fondation pour l’islam de France créée il y a une dizaine d’années. J’ai déjà dit tout le mal que je pensais de cette expression d’islam de France et de tout ce qu’elle comportait comme présupposés et comme conclusion. Parler d’islam de France et non plus d’islam en France c’est, en effet et selon moi, affirmer que les musulmans vivant en France doivent se dépouiller d’une partie de leur foi afin d’être acceptés. Un peu comme s’il fallait oublier son passé ou nier sa double culture pour rentrer pleinement dans le pacte républicain. Accompagnée du glissement sémantique de l’islam compatible à l’islam soluble dans la République, cette expression d’islam de France dit bien plus de choses que ce que l’on pourrait penser.

Notre cher Premier ministre s’est donc fendu d’une tribune dans la presse pour expliquer qu’il fallait réformer « l’islam de France » afin de rendre ses institutions plus en phase avec la modernité. En voulant absolument créer un clergé dans une religion qui n’en n’a pas par essence, tous ceux qui appellent à une refondation de « l’islam de France » passent, à mon sens, à côté de la vraie question. Il s’agit bien sûr de rendre plus pérenne la pratique de la religion musulmane en France qui souffre par exemple du manque de mosquées. A ce titre une réflexion sur le financement des lieux de culte par l’étranger pourrait être enclenchée mais vouloir calquer son mode de pensée et la hiérarchie cléricale catholique sur l’islam est complètement absurde au sens camusien du terme. Voilà donc nos dirigeants qui s’affairent à faire revivre une structure morte afin de mieux gérer « l’islam de France » à un bémol près (bémol qui est tout de même de taille) : demander leur avis à tout le monde sauf aux principaux concernés, les musulmans. Ainsi a-t-on pu voir dans la presse que Jean-Pierre Chevènement était pressenti pour présider ladite fondation et a-t-on vu le même personnage affirmer qu’il « ne se déroberait pas ». Nos chers dirigeants semblent avoir oublié que faire quelque chose pour quelqu’un sans lui c’est le faire contre lui.

Discrétion et stigmatisation

Vous pensiez que le probable futur président de cette fondation coquille vide allait faire un effort et tendre une main pour construire sur des fondements sains ? Détrompez-vous ! Dans une interview au Figaro publiée le 15 août celui-ci donne un conseil qu’il pensait sans doute plein de bon sens aux musulmans : celui d’être discrets. Le même jour un sociologue affirmait quasiment mot pour mot la même chose sur France Inter. En substance il fallait comprendre que dans le climat actuel de stigmatisation et de tensions, les musulmans avaient tout à gagner à rester discrets et à ne pas faire de vagues. Récapitulons, ces bons messieurs nous expliquent donc que pour lutter contre la stigmatisation il faut stigmatiser encore plus en restant discrets ? On croirait voir les médecins de Molière et leurs fameuses saignées qui devaient guérir le malade mais qui finissaient presque toujours par le tuer. Plutôt que de se lever avec force et vigueur contre les actes racistes de part et d’autre les voilà qui nous enjoignent à rester discrets. Finalement l’argument n’est pas très éloigné de celui qu’opposaient les avocats des violeurs aux violées, eux qui expliquaient que la tenue de mesdemoiselles étaient autant responsables si ce n’est plus que la cruauté du violeur.

L’argument est tout de même magnifique. Après avoir subi des polémiques parfois abjectes sur leur foi, voilà que les musulmans devraient baisser la tête, ne pas faire trop de bruit et, pourquoi pas, tendre l’autre joue pour calmer les identitaires les plus zélés. Est-il moins scandaleux de demander aux musulmans de se faire discrets pour calmer les racistes que de demander aux suffragettes de se faire discrètes pour calmer les sexistes ou encore aux homosexuels de se cacher pour calmer les homophobes ? Quel type de société nous proposent tous ceux qui réclament la discrétion ? L’affaire du parc aquatique a été à cet égard édifiante : on hystérise le débat public sur une affaire somme toute privée (le parc aquatique étant sous la propriété d’une société qui en dispose comme bon lui semble tant qu’elle ne contrevint pas aux lois de la République) pour ensuite stigmatiser l’ensemble d’une communauté et finalement l’exclure d’une certaine manière. Le mécanisme est bien connu, les voilà qui excluent et qui seront les premiers à chouiner après le communautarisme quand les musulmans construiront des piscines privées pour pouvoir accéder à ce qu’on leur refuse aux mépris de toutes les lois et en défigurant les valeurs que l’on prétend défendre.

Partie II: Les principes dévoyés

Partie III: Apocalypses et catastrophes 

8 commentaires sur “L’islam et les musulmans, chronique d’une hystérie française (1/3): soyez discrets, déshabillez-vous

    • J’ai prévu d’en parler plus longuement en y consacrant un article. En disant que je défends la liberté de se vêtir comme on le souhaite il me paraît évident que je défends cette liberté là aussi.

      J'aime

  1. Je vais tenter d’apporter un autre point de vue sur cette question-là. Non pas une réponse car je n’ai pas vocation à partir sur un débat sans fin. Le communautarisme en général, qu’il soit religieux, politique, syndical me pose question. Afin de rester dans le thème du burkini (et non de l’Islam entendons-nous bien) je souhaitais mettre en avant une notion qui semble échapper à la France avec un grand F. Ce débat que ce soit le burkini, le foulard ou tout ce qui reste matériel, tend à montrer que consciemment ou inconsciemment les Français sont Soit Catholiques soit Musulmans. Il n’y a plus de notions d’hommes, de femmes, de droitiers, de gauchers mais seulement un seul qualificatif pour couper la France en deux. Je ne puis pour ma part m’identifier ainsi étant un fervent athéiste passionné par l’histoire des religions. Il y a ce manichéisme ambiant qui me fait mal. Ainsi si nos convictions personnelles tendent vers l’un ou vers l’autre nous nous devons d’être contre ou pour et pour cette polémique là pour ou contre le Burkini.

    Ainsi que ce soit par l’intermédiaire de croix, de foulard ou de burkini il faut obligatoirement exposer sa religion. Que ce soit une croix ou un burkini mes yeux pleurent de la même manière. La belle laïcité à la française s’éteint lentement dans d’un côté la création de polémiques politiques visant à stigmatiser une population et de l’autre une envie d’arborer ses opinions personnelles. L’escalade est de mise et il n’y aura comme gagnants que les charognards se délectant des restes de la France. Que les drapeaux de la France soient en bernes pour la mort du Pape ou que l’on surfe sur la vague du burkini m’indispose de la même manière. La laïcité à la française n’est pas cela et se perd dans un simulacre de justice. Peu importe l’objet matériel qui est en cause, peu importe le Dieu auquel on croit, la religion devrait rester dans un cadre privé et dans les magnifiques édifices qui leurs sont dédiées.

    Un des aspects les plus délétères de cette polémique sur le burkini ce fut ce flot incessant de paroles condamnant les femmes ne le portant pas et justifiant ainsi les viols. Comment de telles paroles peuvent-elles être prononcées ?

    Pour conclure ce petit écrit très rapide je pense que c’est une erreur de focaliser sur un objet matériel, une simple polémique avec pour but de faire les choux gras des extrémistes. Ce qu’il faudrait c’est replacer le principe de laïcité, la vrai au centre de l’éducation, l’expliquer et l’accepter. Ou l’abroger… malheureusement.

    Pardonnez moi du manque de style du texte l’ayant écrit très rapidement.

    J'aime

    • Là où je suis totalement d’accord avec toi c’est qu’aujourd’hui en France on définit les gens selon leur confession (ou leur absence de confession) alors même que cela contribue à fracturer la société. Musulmans, catholiques, juifs, bouddhistes, athées, agnostiques, etc., nous sommes tous Français. Des Français pluriels évidemment mais des Français égaux selon les principes de la République.

      Là où je suis en désaccord c’est quand tu assimiles la laïcité au fait de cacher les signes religieux. La laïcité originelle telle que l’ont défendu Briand et Jaurès ne dit pas ça, elle postule simplement la stricte neutralité de l’Etat vis-à-vis des religions mais j’y reviendrai dans la deuxième partie plus en longueur. Le projet de la laïcité à la française n’est pas l’expulsion du fait religieux de l’espace public mais bien l’articulation de toutes les confessions (ou l’absence de confession) afin que chacun puisse vivre librement.

      J'aime

  2. « C’est une erreur courante et naturelle chez l’homme de sentir une confiance plus grande ou une terreur plus vive en présence d’une situation toute nouvelle » – César Montaigne, Essais, Livre 1, LIII – Quarto Gallimard.

    ATTENTION !!! L’ Abus de plage nuit gravement à la santé, ces jours derniers !
    PROTÉGER VOS SYNAPSES – DEVOIRS DE VACANCES

    De l’interprétation exacerbée du contexte … au.x trouble.s à l’ordre public. Beaucoup de bruit pour rien ???

    #1

    #2
    Chap. XXIII du Traité sur la tolérance – VOLTAIRE

    Prière à Dieu :
    Ce n’est donc plus aux hommes que je m’adresse ; c’est à toi, Dieu de tous les êtres, de tous les mondes et de tous les temps : s’il est permis à de faibles créatures perdues dans l’immensité, et imperceptibles au reste de l’univers, d’oser te demander quelque chose, à toi qui as tout donné, à toi dont les décrets sont immuables comme éternels, daigne regarder en pitié les erreurs attachées à notre nature ; que ces erreurs ne fassent point nos calamités. Tu ne nous as point donné un coeur pour nous haïr, et des mains pour nous égorger ; fais que nous nous aidions mutuellement à supporter le fardeau d’une vie pénible et passagère ; que les petites différences entre les vêtements qui couvrent nos débiles corps, entre tous nos langages insuffisants, entre tous nos usages ridicules, entre toutes nos lois imparfaites, entre toutes nos opinions insensées, entre toutes nos conditions si disproportionnées à nos yeux, et si égales devant toi ; que toutes ces petites nuances qui distinguent les atomes appelés hommes ne soient pas des signaux de haine et de persécution ; que ceux qui allument des cierges en plein midi pour te célébrer supportent ceux qui se contentent de la lumière de ton soleil ; que ceux qui couvrent leur robe d’une toile blanche pour dire qu’il faut t’aimer ne détestent pas ceux qui disent la même chose sous un manteau de laine noire ; qu’il soit égal de t’adorer dans un jargon formé d’une ancienne langue, ou dans un jargon plus nouveau ; que ceux dont l’habit est teint en rouge ou en violet, qui dominent sur une petite parcelle d’un petit tas de la boue de ce monde, et qui possèdent quelques fragments arrondis d’un certain métal, jouissent sans orgueil de ce qu’ils appellent grandeur et richesse, et que les autres les voient sans envie : car tu sais qu’il n’y a dans ces vanités ni de quoi envier, ni de quoi s’enorgueillir.
    Puissent tous les hommes se souvenir qu’ils sont frères ! Qu’ils aient en horreur la tyrannie exercée sur les âmes, comme ils ont en exécration le brigandage qui ravit par la force le fruit du travail et de l’industrie paisible ! Si les fléaux de la guerre sont inévitables, ne nous haïssons pas les uns les autres dans le sein de la paix, et employons l’instant de notre existence à bénir également en mille langages divers, depuis Siam jusqu’à la Californie, ta bonté qui nous a donné cet instant.

    🔵⚪️🔴 De L’Ethique ou l’Art de Pratiquer La Vie Bonne dans l’ACTION cf. # 1 ET # 2

    DISCUTER sur la base des Connaissances INNÉES et/où ACQUISES.
    VEILLER, toutefois, à CIRCONSCRIRE votre discours à ##LaFranceQueL’onVeutGrandeurOuDécadence ?, stricto sensu.

    [[ Il y a parmi les candidats, des électeurs. Si ces derniers ont manqué l’examen de ‘consolidation des connaissances’ -soit du fait de l’abus de préjugés, soit par manque d’intérêt pour la vie de la cité, et/ou en conséquence du prolongement de leur stage au ‘Café du Commerce’,… une session de rattrapage est prévu en 2017.
    La phase de préparation à cette session se déroulera durant les prochains mois.

    TOUS pourront concourir et s’informer/lire/suivre/vérifier/participer aux débats et réunions sur des thèmes majeurs tels que :
    ##JeVoteDoncJeSuis
    ##DirelesParolesCestBien&PoserlesActesCestMieux
    ##LaFranceQueNousVoulons
    ##LaDiversiteCestLaRichesseDesIdees
    ##LenferCeNestPASl’Autre
    ##LautreMonAlterEgo
    ##UnPaysRiche=UnPaysDivers, parmi les nombreux exemples….

    … enfin CHACUN peut, dès à présent, pour aller plus loin, s’exercer et répondre aux QCM (pratiques de simulations) …
    ##en2017JECHOISISmonPrésident et/ou
    ##en2017JECHOISISmonDéputé et/ou
    ##DROITSetDEVOIRS???JEVOTE
    … directement depuis sa boîte crânienne (PENSEZ à installer/activer l’antivirus, en cas de Front.d Non.Tional) ]]

    Durée de l’épreuve :
    ✔️ si quelques heures à 6 mois (=on s’en sort bien!)
    ✔️ si réflexion plus longue ? On sera très, très mal (=re.vivrons nous la Grande Peste ?)
    ✔️ Utilisation des sondages : Avec parcimonie !

    🔵⚪️🔴 Question Bonus, si vous disposez de temps, répondre à la question suivante, In petto pour les autres :
    ‘Courir la chance’, n’est-ce pas pour chacun de nous un bel objectif dans cette France des Lumières dont nous sommes les héritiers ?

    NOTA BENE Nous vous rappelons qu’il s’agit d’Exercices Préparatoires à la Citoyenneté en vue des
    Élections Nationales 2016-2017, Où comment SAISIR L’OPPORTUNITÉ de ##VivreEnsembleAvecRespect !!!

    Pour l’heure, Merci de déposer votre CARTE ÉLECTORALE sur la table, afin de faciliter le contrôle d’identité des Aspirants/candidats au #MieuxVivreEnsemble.

    Bonne Chance !

    Pardon pour les fautes, pas le tps/relecture…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s