Le ralliement de Bayrou à Macron ou le triomphe de l’absurde

Mercredi dernier, François Bayrou a finalement annoncé qu’il proposait une alliance à Emmanuel Macron. Ce dernier l’a immédiatement accepté. Le président du Modem avait, des mois durant, orchestré un suspens visant à créer l’attente autour de lui. Sa décision de rejoindre le fondateur d’En Marche a d’ailleurs largement surpris les analystes et le reste de la classe politique tant il était tenu pour sûr que le maire de Pau serait candidat à la fonction suprême pour la quatrième fois – d’aucuns voyaient même en lui un vainqueur en puissance tant les incertitudes sont grandes dans cette campagne.

Son ralliement à Emmanuel Macron marque un nouveau tournant dans cette campagne présidentielle – assurément pas le dernier au vu des multiples coups de tonnerre que nous avons déjà connus. Cette « alliance » renforce incontestablement l’ancien ministre de l’Economie de François Hollande. Pas tant d’un point de vue arithmétique mais bien plus sur le plan de la consistance de sa candidature. Emmanuel Macron manquait de colonne vertébrale, François Bayrou lui propose de lui apporter son expérience ainsi que l’a analysé de manière très pertinente Hubert Huertas sur Mediapart. Ce mariage entre la carpe et le lapin – François Bayrou avait vertement critiqué Emmanuel Macron en le traitant notamment d’hologramme des puissances d’argent – symbolise, selon moi, à merveille le triomphe de l’absurde dans notre système politique.

 

Le mariage opportuniste qui se veut d’amour

 

Lors de sa conférence de presse de mercredi dernier, le président du Modem a lourdement insisté sur le danger de voir l’extrême-droite au pouvoir et sur le caractère exceptionnel de l’époque que nous vivons. Il n’aura échappé à personne que c’est en partie la peur de la dispersion des voix qui a poussé François Bayrou à se ranger derrière Emmanuel Macron. Toutefois, il serait incomplet de se cantonner à cette explication. Le maire de Pau n’a en effet pas résumé ce mariage à un mariage de raison. Au contraire, il a expliqué que s’il faisait le sacrifice de ne pas se présenter, c’était aussi parce que ce ralliement correspondait au projet d’une vie : celui de rénover les pratiques politiques dans notre pays et de dépasser les clivages partisans.

Nous pouvons être naïfs et croire à ce mariage d’amour passionnel. Nous pouvons aussi décider de faire marcher notre intellect et tenter d’analyser plus en profondeur la situation. Il est assez drôle d’entendre Bayrou dire qu’il se rallie à Macron pour rénover franchement les pratiques politiques dans notre pays alors qu’il n’y a pas plus politicien que la démarche qui est la sienne. Quelle personne sensée peut croire que ce ralliement n’est corrélé qu’aux respects des quatre engagements demandés par Bayrou ? Je crois, au contraire, que derrière ce rapprochement se cache un accord politicien de la même nature que celui passé entre EELV et le PS jeudi. Poste de Premier ministre ou groupe parlementaire à l’Assemblée personne ne sait précisément ce qui a été promis à Bayrou en échange de son soutien mais je suis intimement persuadé qu’un tel accord existe.

 

Le paroxysme de l’absurde

 

« Je suis donc fondé à dire que le sentiment de l’absurdité ne naît pas du simple examen d’un fait ou d’une impression mais qu’il jaillit de la comparaison entre un état de fait et une certaine réalité, entre une action et le monde qui la dépasse, écrit Albert Camus dans Le Mythe de Sisyphe. L’absurde est essentiellement un divorce. Il n’est ni dans l’un ni dans l’autre des éléments comparés. Il naît de leur confrontation ». En ce sens, il ne me paraît pas aberrant de parler d’absurde à plusieurs niveaux dans le ralliement de Bayrou à Macron. Lors de sa conférence de presse de mercredi dernier, Bayrou a, en effet, eu une phrase qui m’a laissé songeur. En substance il a expliqué qu’il avait des divergences de vues avec Macron mais que son ralliement ne signifiait pas qu’il allait demeurer silencieux. Au contraire il a revendiqué sa liberté de ton dans une forme de coalition entre son parti et celui de Macron.

Le maire de Pau est donc en train de nous expliquer qu’il envisage son ralliement comme la construction d’une coalition à la danoise où chacun des participants conservent sa liberté de ton et la possibilité de faire tomber le gouvernement en cas de désaccord majeur. François Bayrou semble toutefois oublier que nous vivons dans la Vème République qui est monarchique et réserve un pouvoir prépondérant au président qui sera Emmanuel Macron dans le cas où leur alliance porte ses fruits, le même Macron qui n’a pas la moindre envie d’instaurer un régime parlementaire. De deux choses l’une, ou bien François Bayrou est naïf – ce que je ne crois pas – ou bien il se moque allègrement de son monde. Faire alliance avec Macron ça n’est pas dépasser les clivages pour rénover les pratiques politiques mais au contraire asseoir les pratiques et la politique politicienne que beaucoup de Français rejettent vigoureusement comme en atteste la défiance croissante à l’égard de la caste politique.

Finalement, l’absurde présent entre Bayrou, Macron et nous est simplement le révélateur d’un absurde bien plus grand qui frappe notre système politique. A l’heure où le plus pur produit du système peut se déclarer anti système, à l’heure où la candidate de l’extrême-droite française peut vanter la diversité de manière totalement hypocrite sans que personne ou presque n’y trouve rien à redire, il n’est pas irrationnel d’affirmer que l’absurde frappe partout. Emmanuel Macron promet une révolution alors même qu’il veut continuer les politiques néolibérales qui nous frappent depuis des décennies et l’avènement de la mondialisation financière. Mais, en réalité, je suis d’accord avec Macron quand il explique qu’il veut faire une révolution. A une condition évidemment. Que l’on prenne le sens astronomique de révolution : faire un tour sur soi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s