La terrifiante loi « fake news »

Lors de ses vœux à la presse le 3 janvier dernier, Emmanuel Macron a fait une annonce qui n’a laissé personne indifférent dans le milieu des médias et bien au-delà. Le locataire de l’Elysée a effectivement affirmé vouloir légiférer pour lutter contre ce qu’on appelle désormais les « fake news ». Monsieur Macron a effectivement expliqué que la prolifération de ces fausses nouvelles sur internet était un danger pour la vie démocratique et qu’il incombait à l’Etat de lutter contre ce fléau. Dans le même temps, aux Etats-Unis, Donald Trump – qui a finalement plus de similitudes avec Emmanuel Macron que l’on veut nous bien le faire croire, de sa politique fiscale à l’intérêt porté aux « fake news » en passant par une certaine idée césarienne du pouvoir – organisait une cérémonie au cours de laquelle il blâmait les médias qui, selon lui, avaient le plus menti au cours de l’année précédente.

Au cours de son allocution de près d’une demie heure, le successeur de François Hollande s’est attaqué dans une allusion à peine voilée aux médias russes Russia Today et Sputnik lorsqu’il a expliqué que le CSA pourrait à l’avenir « lutter contre toute tentative de déstabilisation par des services de télévision contrôlés ou influencés par des Etats étrangers ». Pourtant, dans le même temps, Emmanuel Macron a prôné une « saine distance entre le pouvoir et les médias » dans une forme de double discours dont nous avons désormais l’habitude. Il est en effet assez incohérent, et osons le dire à la limite du foutage de gueule, d’affirmer cela en expliquant vouloir légiférer sur le contenu desdits médias.

 

Le triomphe des Décodeurs

 

La volonté de Macron de légiférer sur la question ne tombe pas du ciel. Elle est effectivement la conséquence d’un large mouvement lancé depuis des mois, notamment par Le Monde et la mise en place des désormais fameux Décodeurs. L’ensemble des médias semblent avoir redécouvert qu’il existait des mensonges dans les informations propagées sur les réseaux sociaux. Parce que c’est bel et bien de cela qu’il s’agit. On aura beau mettre tous les mots anglais que l’on veut ou inventer des concepts (celui de post-vérité par exemple), ce dont il est question n’est ni plus ni moins que de vulgaires mensonges. On avait eu la création du Décodex par la patrouille du Monde, sorte d’index clouant au pilori non seulement des sites évidement mensongers mais également des sites n’allant simplement pas dans le sens de la doxa dominante et de la vulgate néolibérale présente dans les médias dits « mainstream », on avait vu les Décodeurs et autres service Désintox de Libération érigés en père la vertu et la vérité, voilà que c’est l’Etat lui-même qui se dit qu’il doit distribuer la bonne parole.

Au-delà du problème évident de liberté d’expression et du risque de censure que pose cette volonté – nous y reviendrons plus tard – celle-ci s’inscrit dans la droite lignée des lois mémorielles qui figent les choses en une vérité et une seule, qui ne peut pas être contestée. Si lesdites lois mémorielles peuvent être défendues avec l’argument de lutter contre la haine et la violence – argument qui me parait bien léger en regard des conséquences dramatiques qu’entraine le fait que ça soit l’Etat et l’Etat seul qui écrivent l’Histoire alors même que tout le monde sait qu’il ne saurait y avoir une et une seule Histoire – adopter cette volonté de « décodage » s’inscrit dans une logique absolument délétère où l’information est finalement traitée toujours plus comme une marchandise qu’il s’agit de faire rentrer dans certains canons, de la même manière que l’on calibre les tomates afin qu’elles aient toutes la même taille. Nous voilà donc rendus à l’ère de l’information tomate.

 

Le risque de censure latent

 

L’on avait déjà remarqué que le vernis libéral (politiquement) d’Emmanuel Macron s’était fortement écaillé. L’on avait déjà constaté que ce libéralisme politique n’était constitué que de mots quand les actions menées, notamment contre les migrants, relevaient d’une politique d’extrême-droite pure et dure. L’on avait déjà pu voir que ce libéralisme politique était mort avant même d’être né avec l’inscription de l’état d’urgence – et toutes ses dérives liberticides – dans le droit commun. Nous voilà face à une nouvelle attaque en règle de la part du courant représenté par Monsieur Macron et qui s’accommode très bien d’une forme d’autoritarisme tout en pratiquant un néolibéralisme économique à tout crin. Que l’Etat, par son représentant le plus puissant, se mette en tête de venir placer son nez dans les affaires des médias avec une telle violence et arrogance en dit long sur l’état de dépérissement démocratique dans lequel se trouve notre pays. Dans son excellent livre Les Affects de la politique, Frédéric Lordon – qui n’a, par ailleurs, pas de mots assez durs contre cette volonté macronienne de légiférer sur les mensonges – explique que c’est parfois le franchissement de seuils imperceptibles qui provoque des changements d’ampleur.

« Il arrive que les décors s’écroulent » en somme comme l’écrivait brillamment Camus dans son Mythe de Sisyphe. Sans doute sommes-nous dans l’une de ses périodes s’agissant de la liberté de la presse. Parce que dans le fond, qu’est-ce qu’une « fake news » ? Il n’y a rien de plus flou qu’un tel terme en cela qu’il permet d’y faire entrer tout et n’importe quoi. Je le disais plus haut le Décodex du Monde a mis à l’index des médias qui ne sont ni complotistes ni mensongers mais ne font que s’opposer à la doxa néolibérale et défendent un autre modèle. Fakir a par exemple été signalé comme média douteux par l’index des temps modernes au prétexte qu’il aurait un avis orienté – nous verrons plus tard que cette accusation est proprement ridicule. Rien ne nous dit que, demain, si cette loi finit par être promulguée, l’Etat ne l’utilisera pas pour faire taire des médias qui s’opposent à sa ligne politique. Au-delà de cette question, les médias d’investigation comme Mediapart, Le Canard Enchainé et bien d’autres seront sans doute les premiers et plus durement et injustement frappés par une telle loi. Après la révélation de scandales, les personnes impliquées crient généralement au mensonge ou au complot pour faire taire les médias qui les incriminent. Voilà qu’Emmanuel Macron offre à ces personnes un cadre législatif et institutionnel pour le faire.

 

Lutter politiquement contre les mensonges

 

Cela revient-il à dire, comme certains le font, que s’opposer à une telle loi c’est soutenir les « fake news » ? Evidemment que non. Cette vision des choses, simpliste et manichéenne au possible est absurde au sens camusien du terme. Il me semble même que refuser une telle loi est un préalable absolument nécessaire pour lutter efficacement contre ces fausses nouvelles. Tout le monde sait, en effet, que les sites conspirationnistes et autres propagateurs de mensonges grossiers et éhontés ressortiront sans doute grandis d’une telle loi. Il y a en effet fort à parier qu’ils joueront le rôle de martyr de la liberté d’expression expliquant que si on les bâillonne c’est parce qu’il dérange l’ordre établi et l’effet Streisand – un phénomène médiatique au cours duquel la volonté d’empêcher la divulgation d’informations que l’on aimerait garder cachées, qu’il s’agisse de simples rumeurs ou des faits véridiques, déclenche le résultat inverse – fonctionnera à plein régime.

Surtout, plutôt que parler de politique post-vérité comme se complaisent à le faire les Décodeurs et tous leurs avatars, je suis de ceux qui voient plutôt dans notre époque l’apparition d’un journalisme post-politique qui se prétend neutre alors qu’il ne l’est pas. Plutôt que de lutter par l’interdiction contre la propagation de mensonge, il importe bien plus à mon sens que les médias dans leur globalité participent à un effort d’éducation politique des masses, ce qui était leur rôle il n’y a pas si longtemps, et que nous mettions réellement en place les conditions nécessaires à une éducation populaire digne de ce nom. Il faut sortir de ce modèle où le journal ne serait qu’un medium entre fournisseurs et consommateurs d’information. Un média, au contraire, doit permettre d’apporter une certaine vision du monde d’où l’importance d’avoir une vraie pluralité des points de vue, chose qui est loin d’être le cas. Si Monsieur Macron souhaite réellement lutter contre les « fake news » ce n’est pas une loi restrictive qu’il lui faut adopter mais bien plutôt une loi de refondation des médias afin de sortir de cette logique mortifère de concentration des groupes de presse dans les mains de milliardaires qui s’en servent comme agence de communication déguisée.

 

Le mythe de l’objectivité et de la neutralité

 

Nous voilà finalement arrivé au nœud gordien de la question, à la structure qui sous-tend toute la volonté de Macron et qui était à l’origine de la création des Décodeurs : la dévotion à l’égard de l’objectivité et de la neutralité journalistiques. Sur quoi repose les agents du ministère de la Vérité sinon sur la croyance en une objectivité journalistique qui devrait s’imposer à tout le monde. C’est ainsi que le Monde par exemple s’imagine en distributeurs de cachets d’objectivité et de contenu non-idéologique. Parce que c’est bel et bien de cela qu’il s’agit et lorsque l’on demande aux Décodeurs ce qui les anime, ils répondent les faits, rien que les faits. Dans un billet de blog, Fréderic Lordon a merveilleusement résumer l’impasse intellectuelle dans laquelle ils se trouvent : « On touche donc probablement au fond des choses (et peut-être en les deux sens du terme) lorsque, interrogé sur les ressorts de sa vocation journalistique, le chef décodeur hésite un instant avant de répondre finalement qu’elle doit tout à ‘la passion des faits’ ».

Derrière cette passion des faits se cache effectivement la volonté de ne pas faire d’idéologie, de proposer un contenu neutre. Las, ces personnes ne se rendent pas compte qu’il n’y a sans doute pas plus idéologique qu’une personne affirmant ne pas avoir d’idéologie. Je suis de ceux qui pensent que nous sommes tous des idéologues, que nous baignons que nous le voulions ou non dans des structures idéologiques qui nous façonnent. Est-ce grave ? Non. Est-ce grave de ne pas l’assumer ? Oui. Le Monde et tous ses avatars se cachent en effet derrière les oripeaux de l’objectivité (qui ne saurait exister selon moi et qui est l’un des mythes les mieux propagés de notre époque) pour mener une bataille idéologique. Derrière le laïus sur la supposée efficacité se niche en réalité la défense d’une vision des choses, celle de la vulgate capitaliste néolibérale. Finalement, y a-t-il plus grosse « fake news » que celle qui consiste à nous matraquer à longueur de temps que le capitalisme néolibéral est l’horizon indépassable et est le modèle le plus rationnel ? Je ne le crois pas. Inversement est-ce que prendre parti invalide un travail journalistique ? Je ne le crois pas non plus pour la simple et bonne raison que la neutralité absolue n’existe pas. Je crois d’ailleurs avec Camus que « le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti ».

Dans son discours de réception du prix Nobel, le philosophe-écrivain-journaliste définit son métier de la sorte : « Aucun de nous n’est assez grand pour une pareille vocation. Mais dans toutes les circonstances de sa vie, obscur ou provisoirement célèbre, jeté dans les fers de la tyrannie ou libre pour un temps de s’exprimer, l’écrivain peut retrouver le sentiment d’une communauté vivante qui le justifiera, à la seule condition qu’il accepte, autant qu’il peut, les deux charges qui font la grandeur de son métier : le service de la vérité et celui de la liberté. Puisque sa vocation est de réunir le plus grand nombre d’hommes possible, elle ne peut s’accommoder du mensonge et de la servitude qui, là où ils règnent, font proliférer les solitudes. Quelles que soient nos infirmités personnelles, la noblesse de notre métier s’enracinera toujours dans deux engagements difficiles à maintenir : le refus de mentir sur ce que l’on sait et la résistance à l’oppression ». Il serait bien que les Décodeurs, y compris celui qui se trouve à l’Elysée et semble vouloir devenir décodeur en chef, méditent ces sages paroles. En attendant, de notre côté, imaginons Sisyphe heureux.

3 commentaires sur “La terrifiante loi « fake news »

  1. D’utilité publique au sujet de « l’indépendance » des médias, les sites d’Acrimed et du Monde Diplomatique.
    Car à qui appartiennent les médias (presse écrite et chaînes de télé) ? : à des milliardaires.
    Pour eux, l’info est exactement comme n’importe quelle marchandise : elle doit être rentable.
    Quant aux chaînes publiques qui nous restent, la lecture du site de France Info (ou le visionnage des JT à la télé) est édifiante : on se croirait au bon vieux temps de la Pravda…
    Quand Sarkozy annonçait en juillet dernier « Macron, c’est moi en mieux », il avait parfaitement raison (dingue d’être du même avis que celui-là).

    Et rappelons qu’en 1944, le CNR avait promulgué des ordonnances :

    Celle du 26 août 1944 a pour objectif de sanctuariser la presse vis-à-vis des puissances de l’argent et de l’influence de l’État, tout en assurant l’indépendance des journaux et leur transparence, afin que la presse devienne « une maison de verre ». La Fédération nationale de la presse française (FNPF), adopte en novembre 1945 une « Déclaration des droits et des devoirs de la presse », qui affirme que « la presse n’est pas un instrument d’objet commercial mais un instrument de culture ».

    La presse a pour mission de « donner des informations exactes, défendre des idées, servir la cause du progrès humain », stipule cette déclaration6. L’ordonnance interdit aussi le recours aux prête-noms. L’article 4 prévoit ainsi des sanctions contre « toute personne convaincue d’avoir prêté son nom au propriétaire, au copropriétaire ou au commanditaire d’une publication ».

    (source : tout simplement wikipédia)

    La plupart des gouvernements depuis (y compris ceux autoproclamés « de gauche ») se sont peu à peu assis dessus. Et aujourd’hui, c’est bienvenue en démocrature.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s