Lexique

Dans la mesure où certaines notions reviennent très souvent dans mes papiers, il me paraissait intéressant de faire une sorte de lexique auquel renvoyer plutôt que détailler à chaque fois la définition des notions, ce qui avait pour inconvénient d’alourdir les papiers.

Absurde camusien: Dans Le Mythe de Sisyphe, Albert Camus définit l’absurde comme une confrontation. « L’absurde naît de cette confrontation entre l’appel humain et le silence déraisonnable du monde. C’est cela qu’il ne faut pas oublier » écrit-il dans son essai. Plus loin, il complète: « Je suis donc fondé à dire, continue le philosophe dans le même livre, que le sentiment de l’absurdité ne naît pas du simple examen d’un fait ou d’une impression mais qu’il jaillit de la comparaison entre un état de fait et une certaine réalité, entre une action et le monde qui la dépasse. L’absurde est essentiellement un divorce. Il n’est ni dans l’un ni dans l’autre des éléments comparés. Il naît de leur confrontation ». L’absurde camusien est donc avant tout le fruit d’une comparaison entre deux états de fait.

Pharmakon: Dans La Violence et le sacré, René Girard met bien en évidence la dynamique qui pousse à la création de bouc émissaire, ceux qu’il appelle les victimes sacrificielles. Il rapproche cette figure de celle du pharmakon. Qu’est-ce qu’un pharmakon ? Dans la Grèce Antique, il était une personne qui représente à la fois le poison et le remède. Concrètement il s’agissait de faire parader le pharmakon dans la ville afin qu’il draine tous les éléments négatifs avant d’être expulsé de la cité. Finalement, il agit comme une forme de paratonnerre puisqu’il attire à lui toutes les choses néfastes afin d’éviter à la cité de subir le courroux divin. A ce titre Œdipe fait figure de modèle puisqu’après s’être crevé les yeux il s’enfuit de Thèbes pour lui éviter de subir la malédiction qui lui est promise.

Symbolon: Etymologiquement, en effet, le mot symbole dérive du grec ancien symbolon qui signifiait « mettre ensemble ». Dans la Grèce Antique le symbole était un morceau de poterie que deux cocontractants partageaient afin de se reconnaître à l’avenir.

Apocalypse: L’étymologie grecque du terme renvoie à la notion de révélation.

Pervers: Pris dans son sens originel, le terme désigne une chose qui semble bénéfique mais qui se révèle maligne sur le moyen ou le long terme.

Nécessaire: Dans son sens philosophique, le terme désigne ce qui ne peut pas ne pas être ou être autrement.

Crise: L’étymologie du terme est double. Découlant du latin crisis, elle désigne la manifestation d’une affliction grave. Le deuxième sens du mot crise nous provient de son étymologie grecque, krisis, qui signifiait le jugement. La crise est donc le moment du choix par excellence

Mythe: Dans la Grèce Antique, le mythe – qui dérive de muthos – définissait le domaine de l’opinion fausse, de la rumeur, du discours de circonstance. En somme, le mythe est le discours non-raisonné, qui se veut être une forme de fable. Par opposition, le logos était, lui, le discours raisonné. C’est précisément le passage du muthos au logos qui a posé la pierre fondatrice des philosophes de la Grèce Antique. 

3 commentaires sur “Lexique

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s