Le sport, nouvel opium du peuple ?

En affirmant que « la religion [était] l’opium du peuple », Marx a voulu signifier que lorsque l’homme est aliéné socialement et économiquement, lorsqu’il souffre de sa condition, et qu’il ne peut se réaliser, s’épanouir véritablement dans « la vallée de larmes » qu’est le monde terrestre alors, il ne parvient à l’apaisement que par  l’imagination et la fiction de ses croyances compensatrices. Toutefois, le monde actuel est un monde sécularisé où la projection des attentes et des espérances se fait de moins en moins dans une optique religieuse, le sport semble être le domaine qui a remplacé la religion à ce niveau-là.

Si Marx a parlé « d’opium du peuple » en parlant de la religion c’est aussi pour signifier que la religion permet aux dirigeants de faire passer tous les problèmes économiques et sociaux au second plan. En ce sens, le sport apparait aussi comme le nouvel opium puisque les hommes politiques ont tendance à l’instrumentaliser pour reléguer tous les autres problèmes en arrière-plan. Lire la suite