Nice ou l’échec sécuritaire

Jeudi dernier la France a donc de nouveau été frappé durement par un attentat. Après Charlie Hebdo et l’Hyper Kasher, après le Bataclan, le Stade de France et les terrasses parisiennes et après Magnanville c’est Nice et sa célèbre promenade des Anglais qui ont été touchés. L’accélération des horreurs est palpable et semble faire de la France un navire qui fonce tristement à l’abime. Les mots sont chaque fois plus difficiles à trouver, les soucis plus difficiles à porter et la société plus difficile à maintenir soudée. Chaque attentat vient ajouter une fracture de plus à notre société déjà morcelée. Les bougies brillent un peu moins fort qu’après le 13 novembre mais elles sont toujours là et témoignent de ceux qui nous séparent des semeurs de mort, le fait que nous nous sentons solidaires des autres malgré la solitude de nos craintes.

Le drame de Nice marque toutefois une rupture à mon sens. Il y a d’abord l’accélération du tempo déjà évoquée mais il y a aussi, et peut-être surtout, l’élargissement de la terreur à toute la France. Inconsciemment ou non, beaucoup pouvait se sentir relativement à l’abri tant qu’ils n’étaient pas résident dans Paris. Cela est peut-être égoïste mais l’attentat de Nice m’a bien plus secoué que ceux du 13 novembre. Peut-être parce que l’accumulation des attaques est pesante mais surtout parce que cette fois on se dit qu’on aurait vraiment pu y être. Cet attentat marque également une rupture parce que la France et les Français pensaient peut-être en avoir fini avec cette spirale infernale. Nous avions retrouvé les joies de se retrouver dans la rue et, osons le dire, une forme d’unité derrière le parcours de l’Equipe de France de football. Une rupture enfin parce que cette fois, contrairement aux attentats précédents, l’unité nationale a volé en éclat en quelques heures et que les responsables politiques ont repris leurs querelles politiciennes alors que les cadavres étaient encore fumant. Lire la suite