Israël, Etat voyou par excellence

Il y a une dizaine de jours, Benjamin Netanyahu s’est félicité d’être « le premier ministre qui construit la première ville en Judée-Samarie » – c’est-à-dire en Cisjordanie. Dans son excellent livre, Les Affects de la politique, Frédéric Lordon explique que c’est le franchissement de seuils invisibles qui précipitent des changements d’ampleur. Il me semble que le lancement de la construction de cette ville dont s’est gargarisé le premier ministre israélien fait partie de ce genre de franchissement de seuil. Cette annonce marque en effet une rupture puisque la construction de colonies juives par le gouvernement israélien était gelée depuis les accords d’Oslo de 1993 – ce qui, nous y reviendrons, n’a pas empêché la colonisation de s’étendre entre la signature de ces accords et aujourd’hui.

Ce nouvel affront pour les Palestiniens s’inscrit dans une droitisation croissante du gouvernement de l’Etat hébreux depuis des années, droitisation qui a abouti au renforcement sans précédent du « parti des colons » symbolisé par Naftali Bennett actuel ministre de l’Education et figure de proue du Foyer Juif (un parti nationaliste israélien). Cette décision de Netanyahu, si elle marque une rupture certaine, s’inscrit pourtant dans la droite lignée de la persécution subie par les Palestiniens. L’objectif inavouable du gouvernement actuel et de Benyamin Netanyahu est assurément de pousser la colonisation si loin que toute création d’un Etat palestinien soit rendue impossible. Par ailleurs, cette stratégie s’inscrit pleinement dans une position de dominateur exacerbé qui, et je pèse mes mots, a fait entrer depuis longtemps l’Etat hébreux dans la triste liste des Etats voyous. Lire la suite

L’Afrique et le boulet français

François Fillon, le candidat de Les Républicains à la présidentielle de 2017, l’a dit assez souvent et très clairement : pour lui il faut cesser avec le sanglot de l’Homme blanc vis-à-vis de la colonisation. La France n’a pas à s’excuser « d’avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d’Afrique » s’est-il même aventuré à dire. Au-delà de l’ineptie d’un tel propos, ce que semble oublier – ou feindre d’oublier – l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, c’est que notre pays continue de maintenir une pression folle sur les pays d’Afrique. Alors évidemment, aujourd’hui cette mainmise a changé de forme. Nous sommes passés d’une administration univoque et visible à une influence bien plus dissimulée et perverse.

Certains affirmeront que l’ère de la Françafrique est dépassée. François Hollande ne promettait-il pas, en effet, d’effacer le souvenir du quinquennat sarkozyste à ce niveau aussi ? Personne n’a oublié le fameux discours de Dakar de l’ancien Président et sa phrase sur l’Homme africain qui ne serait pas assez entré dans l’histoire, un discours en forme de crachat à son assistance. Pourtant, la Françafrique est loin d’être une époque révolue et François Hollande – dont on peut commencer à tirer le bilan définitif maintenant qu’il a annoncé qu’il ne briguerait pas de deuxième mandat hier soir – n’a fait reculer ni la présence militaire française en Afrique, ni la voracité des géants français de l’énergie, des transports ou de l’agroalimentaire et encore moins la mainmise française sur une des monnaies du continent. Lire la suite