Coronavirus, l’apocalypse

Depuis plusieurs mois maintenant, le monde est contraint de vivre avec la crise sanitaire induite par le surgissement du nouveau coronavirus. Si le premier cas recensé remonte à décembre 2019, ce n’est qu’à partir de janvier 2020 et plus encore durant les mois qui ont suivi que la crise a pris une ampleur inédite à l’époque contemporaine. Plusieurs milliards de personnes sont à ce jour confinées, l’ensemble ou presque de l’économie mondiale est à l’arrêt ou – pour être plus juste – réduit à ses portions vitales et les conséquences de la déflagration qui touche la population mondiale sont extrêmement difficiles à prévoir (même si certains se plaisent à jouer les madame Irma).

Il ne s’agit bien entendu pas de dire que penser à l’après est superflu, je crois qu’une telle démarche est importante voire essentielle, mais bien plus d’adopter une position humble face à un état de fait sans précédent. Plutôt que me perdre en conjectures qui ne vaudraient pas grand-chose, je crois qu’il est bien plus pertinent de tirer un premier bilan d’étape sur l’ensemble des éléments que nous révèlent cette crise sanitaire mondiale. L’objet, ici, est d’effectuer un point d’étape avant de prétendre pouvoir faire de la prospective. A cet égard il ne me parait pas usurpé ou exagéré de dire que le nouveau coronavirus est une sorte d’apocalypse au sens étymologique du terme – le terme découle d’apokálupsis qui signifiait « action de découvrir » – en cela que celui-ci joue le rôle de révélateur de bien des dérives du modèle capitaliste, en particulier dans sa version néolibérale.

Lire la suite

Du non-respect du confinement

[Edit: comme le fait très bien remarqué zeyesnidzeno en commentaire au billet, il n’y a en réalité pas eu de surmortalité en Seine-Saint-Denis, cette imposture était une manière de stigmatiser le 93. Je présente mes excuses de ne pas avoir vu ces chiffres avant]

Voilà près d’un mois que la France a adopté la stratégie du confinement pour tenter d’endiguer le nouveau coronavirus. Depuis le 17 mars 12h, l’ensemble des Françaises et Français doivent effectivement avoir une attestation de déplacement pour quitter leur domicile et les motifs justifiant une sortie sont limités : déplacements professionnels, achats de première nécessité, déplacements urgents pour raison familiale ou de santé mais également sortie pour promener un animal de compagnie ou effectuer une activité sportive autour de son domicile. Dès l’annonce effectuée, le 16 mars au soir, certaines personnes se sont ruées pour quitter le lieu où elles demeuraient alors pour rejoindre d’autres zones géographiques – ce qui a provoqué, nous y reviendrons, un certain nombre de critiques.

Qui dit confinement implique également la problématique du non-respect de celui-ci et la manière la plus pertinente de faire respecter la mesure. Prestement présentés comme des rebelles irrespectueux des règles (dans une forme d’essentialisation assez dérangeante), les Français ont rapidement été décrits comme un peuple incapable de faire preuve de bon sens et empli d’égoïsme – l’essentialisation portait en miroir également sur les peuples asiatiques dits plus disciplinés par exemple. Il me semble que cette question du confinement, de son non-respect et du traitement politique et médiatique de ce dernier est un formidable objet d’analyse politique et sociologique.

Lire la suite