Corruption, fraude fiscale et affairisme, l’ombre menaçante (3/4): au-delà de la morale

Les conséquences concrètes de la fraude

 

Dans son excellent livre Les Affects de la politique, Frédéric Lordon explique brillamment que pour qu’un argument pénètre et infuse les masses politiques, il faut rendre le problème concret aux yeux des citoyens. En prenant l’exemple de la surveillance généralisée aux Etats-Unis, le sociologue et économiste montre bien cette dynamique : aussi longtemps que l’on parle de manière abstraite de surveillance globale le sujet n’intéresse pas mais dès lors que l’on explique par exemple que l’état pourrait voir vos parties intimes alors les oreilles s’ouvrent et la révolte naît. Il me semble que, par analogie, on peut agir de la même sorte pour la question de la fraude ou de la corruption. Tant que l’on parle de manière abstraite et en termes éthiques et/ou moraux sur la question il y a peu de chances que l’argument percute de plein fouet tout un chacun. Parlons donc concrètement des effets sur notre quotidien de la fraude. Je l’ai déjà dit dans les parties précédentes, on pourrait caractériser la fraude fiscale par le fait qu’elle est une fraude qui profite à un et un seul et qui coûte à chacun. Il me faut ici expliciter cette phrase. Depuis des années nous entendons nos dirigeants nous dire que la France doit réduire son déficit car elle vit au-dessus de ses moyens. Lire la suite