La rue, c’est loin ?

Vendredi dernier, le groupe IAM sortait son huitième album studio. Vingt ans et quatre albums après L’école du micro d’argent, considéré comme l’un des chefs d’œuvre du rap français (je considère personnellement que c’est le meilleur album de l’histoire du rap français), Shurik’n et Akhenaton reviennent donc avec Rêvolution, un album dense de 19 titres. Après un précédent album relativement décevant, il va sans dire que j’attendais avec impatience ce nouvel opus du groupe le plus célèbre de Marseille, d’autant plus que les deux singles qui avaient été dévoilés avant la sortie de l’album laissaient présager d’une production à la fois ambitieuse et recherchée.

Et pourtant, après plusieurs écoutes, force est de constater que la déception qui avait accompagné la sortie de leur dernier album est de nouveau présente. Un peu comme s’il fallait souligner qu’ils auraient sans doute mieux fait de partir sur Arts Martiens dont le dernier titre (« Dernier coup d’éclat ») semblait suggérer une sortie de scène. Cet album n’a, en effet, rien de révolutionnaire malgré le titre qui lui est donné. Il est loin le temps où IAM dénonçait avec force, vigueur et brio le système en place. Il est d’ailleurs assez douloureux de voir sombrer les groupes que l’on a admiré – et que l’on continue à admirer pour leurs anciens albums. Au-delà de la simple critique de cet album, il me semble que le cas d’IAM révèle à quel point il est difficile de rester bon dans le rap sur la durée, peut-être parce qu’il est impossible de faire du bon rap quand on s’est trop éloigné de la rue. Lire la suite