Le rapport Mathiot, la réforme du bac et le lycée inégalitaire

Jeudi dernier le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, était l’invité de l’Emission politique sur France 2. Si le sujet était bien plus large, le locataire de la rue de Grenelle était avant tout présent pour expliquer la réforme du bac qu’il avait présentée quelques jours plus tôt. Celle-ci s’appuie principalement sur le rapport remis par Pierre Mathiot (disponible ici pour les plus courageux), ancien directeur de Sciences Po Lille, après des mois d’audition et suit largement les préconisations dudit rapport. Il est d’ailleurs simplificateur de parler uniquement de réforme du bac comme on l’entend ci et là. En réalité c’est bien plus une réforme du lycée qui a été décidée par le ministre et c’est à un véritable bouleversement que nous allons assister dans les années qui viennent.

Disparition des séries, refonte de l’examen du baccalauréat avec introduction d’une part importante de contrôle continu ou encore apparition d’une épreuve orale commune à tous les bacheliers généraux et technologiques – le bac et le lycée professionnels ne sont pas concernés par la réforme et seront traités à part – sont autant d’éléments contenus dans le rapport et qui ont été repris par Monsieur Blanquer. Pour faire simple, l’ensemble des grandes lignes du document remis par Pierre Mathiot ont été reprises à l’exception du passage au rythme semestriel. Présentée comme un moyen de moderniser, le mantra macronien par excellence, le bac et le lycée pour les adapter au monde du XXIème siècle, cette réforme est pourtant, à mes yeux, un élément qui va creuser des inégalités déjà bien présentes. Il n’y a rien de bien surprenant à cela lorsque l’on connait la logique qui est celle de ce gouvernement et de cette majorité. Comme d’habitude, leur idéologie avance masquée se cachant derrière les atours de la justice sociale et de la modernité. Lire la suite