De quoi le mécénat culturel est-il le symptôme ?

Tout au long de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a usé et abusé de la locution « en même temps ». Il en a si bien usé que d’aucuns se sont amusés à les compter quand d’autres ne se sont pas faits prier pour railler le désormais président de la République. « L’en même temps » du nouveau locataire de l’Elysée était pourtant bien plus qu’un gimmick ou qu’un malheureux tic de langage. Il renfermait en effet une vision des choses et une promesse : celle de mener une politique définie (par lui-même) comme équilibrée. Dès la nomination de son gouvernement le successeur de François Hollande a toutefois écaillé le mythe en plaçant notamment à Bercy le tandem Le Maire-Darmanin très favorable à l’austérité. Loin de s’être atténuée, la logique austéritaire de l’exécutif s’est renforcée depuis le 15 mai dernier si bien qu’il est aujourd’hui ridicule de vouloir parler d’en même temps.

Tout acquis à sa logique austéritaire, le nouveau président n’a épargné aucun ministère dans la baisse des dépenses de 4,5 Milliards d’euros prévues pour l’année à venir. Si le ministère de la défense et le domaine de l’enseignement sont ceux qui ont fait le plus parler, le ministère de la culture n’est lui non plus pas épargné par cette logique de baisse des dépenses. Même s’il est relativement peu touché, le ministère de la rue de Valois subit là une rupture vis-à-vis de l’année passée qui avait vu son budget être augmenté. Cette logique austéritaire va une nouvelle fois pousser les établissements culturels de notre pays à faire de la chasse aux coûts l’alpha et l’oméga de leur politique en même temps qu’elle va les forcer à recourir encore plus au mécénat. C’est précisément ce dernier point qui m’intéresse tant le mécénat culturel me semble être le révélateur de bien des choses dans notre pays. Lire la suite