Nocivité du mécénat, le symptôme Notre-Dame-de-Paris

Il y a une dizaine de jours, sous les yeux à la fois médusés et effrayés d’un certain nombre de personnes – il n’y avait qu’à voir les quais de Paris envahis par les passants – en France et un peu partout en Europe, la cathédrale Notre-Dame prenait feu. Ce qui aurait pu n’être qu’une péripétie rapidement effacée par l’allocution alors prévue par Emmanuel Macron pour faire suite au grand débat s’est transformée en moment de grande dramaturgie quand la flèche de l’édifice s’est écroulée et que les sapeurs-pompiers de Paris ont exprimé leurs craintes quant à la possibilité d’un effondrement des deux beffrois de la cathédrale. Sautant sur l’occasion, le monarque présidentiel a surjoué la solennité et l’émotion, un peu comme si un attentat avait frappé le pays.

Dans les jours qui ont suivi, après que les sapeurs-pompiers ont réussi à circonscrire l’incendie et à limiter les dégâts – que les hommages leurs soient rendus – une course proprement indécente aux dons a vu le jour dans les cercles des grandes fortunes. Pinault, Arnault, Total, Bouygues, bien nombreux ont été les personnes ou entreprises les plus riches de ce pays à accourir pour participer aux différentes cagnottes mises en place pour financer la restauration de l’édifice. Atteignant rapidement plusieurs centaines de millions d’€, ces dons ont, me semble-t-il, agi comme une forme de franchissement de seuil, de la même sorte que ceux que Frédéric Lordon met en avant dans son excellent Les Affects de la politique. En se précipitant au chevet d’un édifice, certes historique et symbolique mais un édifice tout de même, toutes ces grandes fortunes n’ont fait que démontrer à quel point la problématique du mécénat et de son usage par les puissants était importante en cela qu’elle charrie de nombreuses questions centrales, allant de la question de l’imposition à celle du recul de l’Etat en passant par bien d’autres encore.

Lire la suite

De quoi le mécénat culturel est-il le symptôme ?

Tout au long de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a usé et abusé de la locution « en même temps ». Il en a si bien usé que d’aucuns se sont amusés à les compter quand d’autres ne se sont pas faits prier pour railler le désormais président de la République. « L’en même temps » du nouveau locataire de l’Elysée était pourtant bien plus qu’un gimmick ou qu’un malheureux tic de langage. Il renfermait en effet une vision des choses et une promesse : celle de mener une politique définie (par lui-même) comme équilibrée. Dès la nomination de son gouvernement le successeur de François Hollande a toutefois écaillé le mythe en plaçant notamment à Bercy le tandem Le Maire-Darmanin très favorable à l’austérité. Loin de s’être atténuée, la logique austéritaire de l’exécutif s’est renforcée depuis le 15 mai dernier si bien qu’il est aujourd’hui ridicule de vouloir parler d’en même temps.

Tout acquis à sa logique austéritaire, le nouveau président n’a épargné aucun ministère dans la baisse des dépenses de 4,5 Milliards d’euros prévues pour l’année à venir. Si le ministère de la défense et le domaine de l’enseignement sont ceux qui ont fait le plus parler, le ministère de la culture n’est lui non plus pas épargné par cette logique de baisse des dépenses. Même s’il est relativement peu touché, le ministère de la rue de Valois subit là une rupture vis-à-vis de l’année passée qui avait vu son budget être augmenté. Cette logique austéritaire va une nouvelle fois pousser les établissements culturels de notre pays à faire de la chasse aux coûts l’alpha et l’oméga de leur politique en même temps qu’elle va les forcer à recourir encore plus au mécénat. C’est précisément ce dernier point qui m’intéresse tant le mécénat culturel me semble être le révélateur de bien des choses dans notre pays. Lire la suite