La France Insoumise et Jean-Luc Mélenchon à l’heure espagnole ?

Mardi, lors de son dernier meeting à Dijon (et dans six autres villes de France de façon holographique), Jean-Luc Mélenchon a conclu son discours en citant le poème « Et un sourire » de Paul Eluard. Quelques instants plus tôt il a exhorté les militants de la France Insoumise à organiser des apéros ce soir pour terminer la campagne dans la joie et la bonne humeur. Il a lui-même laissé entendre que vendredi soir Pablo Iglesias, le leader de Podemos, serait présent à ses côtés. Six jours plus tôt, le candidat de la France Insoumise avait affirmé lors de son discours à Lille que « nous ne faisons ni alliances, ni soupe de sigles : nous entraînons le peuple dans une direction entièrement nouvelle ».

Cette phrase, au-delà du message de refondation qu’elle défend, est porteuse d’une charge symbolique assez forte. En effet, en parlant de soupe de sigles, Mélenchon a fait rendu un hommage discret mais appuyé aux mairies rebelles espagnoles. C’est effectivement les plateformes citoyennes qui ont notamment pris les villes de Barcelone, de Madrid ou encore de Saragosse lors des dernières élections municipales espagnoles qui ont les premières refusé les soupes de sigles. Dans son excellent livre, Squatter le pouvoir, les mairies rebelles d’Espagne, le journaliste Ludovic Lamant explique bien à quel point ces plateformes ont récusé d’emblée toute sopa de siglas c’est-à-dire toute alliance politicienne avec des partis. Il ne me semble pas absurde de voir dans la démarche de la France Insoumise une forme de miroir de ces plateformes citoyennes quand bien même les différences sont bien présentes et ne doivent pas être occultées. Lire la suite

Podemos synonyme de changement profond, vraiment ?

« Séisme », « tremblement de terre », « bouleversement total » ; tels étaient les titres des journaux espagnols au matin du 21 décembre dernier. Le bipartisme est mort, vive le nouveau modèle politique entendait-on un peu partout en Espagne. Le Parti Populaire du Premier Ministre Mariano Rajoy est certes arrivé en tête mais a subi un net recul. Celui-ci est lié à la percée de Ciudadanos d’une part mais surtout au résultat de Podemos qui talonne le PSOE (Parti Socialiste Espagnol) en termes de sièges obtenus et le dépasse même en termes de suffrages. Ce résultat constitue, en réalité, la troisième réplique en Europe après l’arrivée au pouvoir de Syriza et le renversement du gouvernement conservateur au Portugal.

Toutefois, si séisme il y a eu, celui-ci n’a rien à voir avec le choc qu’avait pu provoquer l’arrivée au pouvoir de Syriza en janvier 2015 pour au moins deux raisons : Podemos n’arrive pas en tête et il y a peu de chances que le parti issu du mouvement des Indignés gouverne l’Espagne pour le moment et surtout Podemos n’a jamais menacé frontalement la politique d’austérité en Europe, Pablo Iglesias a même dit qu’il était prêt à tout pour conserver l’Espagne dans la zone euro. Podemos a néanmoins déjà œuvré pour plus de solidarité en Espagne grâce aux mairies conquises en 2015. Lire la suite