L’uberisation en quelques lignes

Dans quelques jours entrera en vigueur la réforme de l’assurance chômage. Malgré la véritable mise en pièce du système social français que représente cette réforme, celle-ci n’a fait que peu débat dans la société lors de son étude par le Parlement. Il y a fort à parier qu’il en sera bien différent avec sa mise en place tant celle-ci va frapper durement les plus précaires et dominés de notre société ainsi que l’a si bien mis en avant Mediapart dans un article fleuve présentant les effets de ce changement de modèle. En parallèle de cette réforme, le gouvernement et sa majorité nous expliquent que comme le chômage baisse – en réalité il n’y a que la catégorie A qui baisse, bien plus sous l’effet d’une baisse des inscriptions et d’une augmentation des radiations que sous celui d’une quelconque reprise économique – il est tout à fait normal de durcir les conditions d’accès à l’assurance chômage.

Il n’est, dès lors, pas absurde de penser que la mise en place d’une telle réforme a de quoi satisfaire toutes les plateformes diverses et variées qui fonctionnent sur le modèle du recours aux autoentrepreneurs, ce que l’on place depuis des années sous le vocable d’uberisation. La forte augmentation de la précarité et de la pauvreté à prévoir avec le changement de modèle de l’assurance chômage a effectivement toutes les chances d’aboutir sur une explosion des emplois qui ont tout de l’exploitation et notamment ce retour du travail à la tâche constitué par toutes ces plateformes.

Lire la suite

La double escroquerie du chômage pour les indépendants

Malgré le remaniement, malgré la volonté de beaucoup de focaliser l’attention sur la réaction de Jean-Luc Mélenchon, malgré tous les écrans de fumée en somme, ce qui demeure bien vivace en ce début d’automne concerne la politique économique de Monsieur Macron et de sa caste. Par-delà les résultats en berne et bien en deçà des attentes du monarque présidentiel, cette fin d’année ne fait que confirmer à quel point la politique menée par le locataire de l’Elysée et mise en œuvre par son gouvernement et sa majorité fantoche est une politique de classe. Ce n’était finalement pas l’autre sens de son allocution d’il y a quelques jours pour peu qu’on prenne le temps de lire entre les lignes.

Affirmant tout à la fois qu’il ne changerait pas de cap et se présentant finalement dans une atmosphère très lugubre, le successeur de François Hollande – bien que là n’était sans doute pas son objectif – a pris des allures de faucheuse pour les classes sociales les plus dominées de notre pays, dans une forme d’apocalypse (si tant est que l’on prenne l’étymologie grecque du terme, signifiant révélation). Complètement sourds à la colère qui gronde et qui monte dans le pays, Emmanuel Macron et sa camarilla continuent d’avancer bille en tête pour modifier en profondeur le modèle social de notre pays. A cet égard, la promesse de mettre en place l’assurance chômage pour les indépendants – promesse très floue durant la campagne nous y reviendrons – est à mon sens révélatrice de cette volonté en même temps qu’une immense et double escroquerie. Lire la suite