Coronavirus, l’apocalypse

Depuis plusieurs mois maintenant, le monde est contraint de vivre avec la crise sanitaire induite par le surgissement du nouveau coronavirus. Si le premier cas recensé remonte à décembre 2019, ce n’est qu’à partir de janvier 2020 et plus encore durant les mois qui ont suivi que la crise a pris une ampleur inédite à l’époque contemporaine. Plusieurs milliards de personnes sont à ce jour confinées, l’ensemble ou presque de l’économie mondiale est à l’arrêt ou – pour être plus juste – réduit à ses portions vitales et les conséquences de la déflagration qui touche la population mondiale sont extrêmement difficiles à prévoir (même si certains se plaisent à jouer les madame Irma).

Il ne s’agit bien entendu pas de dire que penser à l’après est superflu, je crois qu’une telle démarche est importante voire essentielle, mais bien plus d’adopter une position humble face à un état de fait sans précédent. Plutôt que me perdre en conjectures qui ne vaudraient pas grand-chose, je crois qu’il est bien plus pertinent de tirer un premier bilan d’étape sur l’ensemble des éléments que nous révèlent cette crise sanitaire mondiale. L’objet, ici, est d’effectuer un point d’étape avant de prétendre pouvoir faire de la prospective. A cet égard il ne me parait pas usurpé ou exagéré de dire que le nouveau coronavirus est une sorte d’apocalypse au sens étymologique du terme – le terme découle d’apokálupsis qui signifiait « action de découvrir » – en cela que celui-ci joue le rôle de révélateur de bien des dérives du modèle capitaliste, en particulier dans sa version néolibérale.

Lire la suite

Le travail détaché en quelques lignes

Voilà plus d’un an que la France est le théâtre de mouvements sociaux que l’on croyait condamnés aux livres d’histoire. En effet, depuis l’accession d’Emmanuel Macron au pouvoir, rien ne semblait pouvoir freiner sa marche néolibérale et autoritaire – avec la réforme du statut de cheminots comme symbole de cette toute puissance. Pourtant, l’émergence du mouvement des Gilets jaunes (même si, logiquement avec sa longévité, il tend à s’essouffler) et le lancement de la grève illimitée contre la réforme des retraites sont venus rappeler avec force à quel point la base sociale de ce pouvoir était minime. S’il serait présomptueux de dire que ces deux éléments ont fait reculer le monarque présidentiel, il est évident qu’ils ont enfoncé un coin dans l’impression de toute puissance du locataire de l’Elysée.

Ce qui, disons les choses clairement, est assez surprenant dans les deux mobilisations réside principalement dans l’absence de griefs à l’égard de l’Union Européenne ou plus largement d’un système néolibéral globalisé – ce qui en dit long sur l’exploit réalisé par Emmanuel Macron, celui de concentrer tous les griefs. Placé au cœur des revendications, la question du pouvoir d’achat est pourtant intimement liée à bien des prérogatives de l’UE si bien que ne pas en parler du tout revient, me semble-t-il, à passer à côté de tout un pan du problème. Parmi ces diverses prérogatives directement liées à la question du pouvoir d’achat, la question du travail détaché n’est pas la moindre.

Lire la suite

Vingt ans après, un fiasco nommé euro

A quoi reconnait-on un fiasco ? L’on peut bien sûr tirer des bilans longs comme le bras, peser les avantages et les inconvénients puis constater que ces derniers sont largement excédentaires ou encore interroger un large panel de personnes pour juger de la pertinence de telle ou telle mesure. Il est pourtant des sujets qui dépassent allègrement le simple cadre de la rationalité, pour entrer dans la case du symbole. Ainsi en est-il de l’euro, cette monnaie qui devait être l’horizon commun de tous les pays membres de l’Union européenne. A son lancement en effet, l’objectif était bel et bien qu’à terme l’ensemble des adhérents de l’UE finissent par l’adopter. Bien au contraire, la monnaie unique est progressivement devenue le symbole d’une union à plusieurs vitesses au fur et à mesure que des pays le refusaient.

Symboliquement, l’échec est patent. L’on pourrait alors objecter que 19 des pays de l’UE utilisent la monnaie unique et que cela représente une assez large majorité des membres de l’union. Pourtant, le deuxième coup de semonce symbolique contre la monnaie unique est bel et bien que ce qui était présenté comme l’aboutissement de l’union économique et, donc, monétaire vient de fêter ses vingt ans dans un anonymat presque total. Alors même que l’on aurait pu s’attendre à des célébrations en grandes pompes, nous avons assisté à un vingtième anniversaire rabougri, assurément en raison du fait que des célébrations grandiloquentes auraient sonné comme une insulte de plus à l’égard de bien des peuples qui souffrent horriblement de cette monnaie unique désormais considérée par beaucoup comme maudite ou néfaste.

Lire la suite

L’UE, l’Italie et le symptomatique bras de fer

Passée quelque peu inaperçue de ce côté-ci des Alpes en raison du mouvement des Gilets Jaunes, l’actualité italienne est pourtant brûlante à bien des égards. Alors que tous les yeux européens, ou presque, sont effectivement rivés sur le Royaume-Uni et sur la fragilité de Theresa May ainsi que sur la potentialité d’un hard Brexit, l’Italie fait figure de deuxième foyer menaçant au sein de l’Union Européenne en cela qu’elle est, depuis des semaines, engagée dans un bras de fer l’opposant à la Commission européenne à propos du budget présenté par la majorité composée de la Ligue et du mouvement 5 Etoiles.

Vertement critiquée depuis son accession au pouvoir, la coalition semble aujourd’hui vivre ce que l’on pourrait définir comme un mouvement de vérité. Se définissant tous les deux comme des partis antisystème et critiques de l’Union Européenne et de ses règles, les deux partis au pouvoir en Italie voient désormais leurs critiques et leurs positions se heurter à la réalité d’une Commission européenne ayant fermement décidé qu’elle ne souhaitait laisser aucune marge de manœuvre budgétaire au gouvernement italien. Dès lors, tenter de comprendre de quoi cette volonté forcenée de ne laisser aucune marge à la coalition au pouvoir en Italie est le symptôme est, me semble-t-il, la première étape pour comprendre les motivations profondes de l’Union Européenne actuelle et de son bras politique armé qu’est la Commission européenne.

Lire la suite

Aquarius, l’effroyable symbole

Depuis lundi, l’Union Européenne et plus particulièrement Malte, l’Italie, la France et l’Espagne sont au cœur d’une polémique effroyable, le genre d’évènements qui vient rappeler si besoin était l’inhumanité dont est capable l’être humain. L’Aquarius, ce bateau affrété par l’ONG SOS Méditerranée qui sauve des exilés de la noyade, est effectivement au cœur d’une tempête politico-diplomatique avec à son bord 629 personnes dont une bonne part de mineurs isolés et de femmes enceintes. Le nouveau ministre de l’intérieur italien – et dirigeant du parti d’extrême-droite la Ligue (ex-Ligue du Nord) – Matteo Salvini a en effet refusé d’accueillir le bateau dans un port italien, rejetant la responsabilité de l’accueil du navire sur Malte.

En expliquant que c’était à la petite île d’accueillir le bateau de SOS Méditerranée, Matteo Salvini a indéniablement réalisé un coup de force à la fois à destination de son électorat et de l’Union Européenne. Tout au long de la campagne italienne, le leader de la Ligue s’est appliqué à parler des exilés en des termes déshumanisants et racistes. Désormais au pouvoir, Salvini a mis en place ce qu’il avait annoncé et par la même occasion s’est échiné à envoyer un message aux autres pays européens, réactivant la crise au sein de l’union à propos de cette question. Malgré la proposition de la Corse d’accueillir le navire, c’est finalement l’Espagne et Valence qui ont ouvert leurs portes à l’Aquarius et aux exilés qu’il transporte. En ce sens, il ne me parait pas exagéré de voir dans l’Aquarius un triple symbole : celui du cynisme du gouvernement français, celui de l’hypocrisie à la fois du gouvernement et d’une bonne part de la société en France mais aussi celui de la démission définitive de l’UE. Lire la suite

La crise italienne, énième révélateur de l’autoritarisme de l’UE

Depuis dimanche dernier, l’UE a été rattrapée par la crise politique italienne. Ce qui ne constituait qu’une hypothèse jusque-là s’est soudainement matérialisé avec fracas durant les sept minutes de déclaration du président Sergio Mattarella qui venait d’opposer son veto à la formation du gouvernement proposé par le mouvement 5 étoiles et la Ligue que devait diriger Giuseppe Conte. « La désignation d’un ministre de l’Economie constitue toujours un message immédiat en direction des opérateurs économiques et financiers. J’ai demandé que soit indiquée une figure compétente, qui ne soit pas vue comme soutenant une ligne pouvant provoquer la sortie de l’Italie de l’euro », c’est avec ces termes que le locataire du palais du Quirinal a justifié sa décision que beaucoup d’observateurs analysent comme étant une interprétation très extensive de la Constitution italienne.

Les sources de cette crise politique remontent aux résultats des élections générales italiennes qui, le 5 mars dernier, n’ont pas donné de majorité claire au sein de la Camera des deiputati (la chambre des députés en version française), équivalent de l’Assemblée nationale. Le mouvement 5 étoiles, arrivé largement en tête, s’est finalement allié à la formation d’extrême-droite de la Ligue (l’ancienne Ligue du Nord) et les deux formations se sont entendues sur un programme de gouvernement qui fait la part belle au parti d’extrême-droite sur la question de l’immigration, nous y reviendrons. Ce véritable coup de force institutionnel réalisé par le président Mattarella – même s’il a depuis accepté la formation d’un autre gouvernement – s’inscrit finalement dans la logique qui gouverne cette Union Européenne à la dérive : le refus de toute alternative à sa politique économique et le suprême mépris avec laquelle elle traite les élections.

Lire la suite

Les élections en Italie, la GroKo et le fil d’Ariane de la désagrégation de l’UE

Dimanche se sont tenus deux évènements politiques majeurs au sein de l’Union Européenne. En Allemagne, les militants du SPD étaient appelés à se prononcer sur le fait de former une nouvelle grande coalition – Grosse Koalition en allemand, abrégée en GroKo – avec la CDU/CSU de Madame Merkel. Ils ont majoritairement voté pour le oui (66%) et la première économie de l’Union Européenne va connaître une nouvelle coalition entre chrétiens-démocrates et sociaux-démocrates après celles de 2005 et de 2013. Même si les militants du SPD ont répondu favorablement à cette demande de coalition, le score du oui est plus faible que lors de la précédente demande et un véritable mouvement d’opposition à cette logique semble s’être mis en place au sein du parti.

Le même jour, les Italiens étaient appelés aux urnes pour renouveler tout à la fois la Camera (équivalent de l’Assemblée Nationale) et le Sénat. En pleine tourmente électorale depuis le referendum perdu et le départ de Matteo Renzi, le Parti Démocrate a connu une lourde défaite. Alors qu’il était majoritaire dans la Camera sortante, le voilà relégué à un peu moins de 19% des suffrages – sur 95% des bulletins exprimés – et renvoyé, sans doute, à l’opposition. Toutefois, le grand résultat de ces élections italiennes, outre la cinglante défaite du PD, est assurément la victoire des partis dits contestataires. Le Mouvement 5 Etoiles (M5S), fondé par Beppe Grillo, arrive effectivement en tête avec près de 32% des suffrages. Dans la coalition de droite, c’est la Ligue, ex-Ligue du Nord et parti d’extrême-droite, qui est en tête avec près de 18% des suffrages. Si la coalition Ligue du Nord – Forza Italia (de Berlusconi) -Fratelli d’Italia arrive bien en tête, cette poussée sans précédent des deux mouvements contestataires est ce qui marque le plus. L’on pourrait croire ces deux éléments totalement indépendants, je crois pourtant qu’ils sont le révélateur du fil d’Ariane qui parcourt l’UE actuellement et qui est celui de sa désagrégation et du risque d’implosion.

Lire la suite