Lexique

Dans la mesure où certaines notions reviennent très souvent dans mes papiers, il me paraissait intéressant de faire une sorte de lexique auquel renvoyer plutôt que détailler à chaque fois la définition des notions, ce qui avait pour inconvénient d’alourdir les papiers.

Lire la suite

Christchurch ou le miroir tendu

Il y a une semaine, la Nouvelle-Zélande connaissait l’horreur d’un attentat terroriste sur son territoire. Peu après 13h30, heure locale, les mosquées Masjid al-Noor et Linwoord de Christchurch sont la cible d’un attentat d’extrême-droite prenant pour cible des croyants musulmans alors en pleine prière du vendredi. Le fait que Brenton Tarrant, le terroriste australien d’extrême-droite, filme et diffuse en direct le massacre – la vidéo n’a été que très peu vue en direct mais a fait l’objet d’une prolifération virale sur les réseaux sociaux malgré les multiples suppressions et bannissement de compte de la part de Twitter, Facebook et consorts – joue évidemment dans l’état de sidération que cet attentat a provoqué. Cette composante ne suffit pour autant pas à expliquer les raisons qui font de cet attentat une forme de franchissement de seuil.

En massacrant 49 personnes selon le bilan annoncé par la Première ministre néo-zélandaise, le terroriste a commis la plus grande tuerie visant spécifiquement des musulmans dans un pays occidental. Se réclamant ouvertement de certaines théories nées et présentes en France dans le manifeste qu’il a rendu public en lien avec son attentat, Brenton Tarrant a indéniablement entrainé une vague de gêne chez bien des commentateurs français, nous y reviendrons. Si ladite gêne ne m’intéresse pas particulièrement, la place importante occupée dans son passage à l’acte par certaines des théories qui ont vu le jour en France en même temps que la situation particulière du pays nous oblige, me semble-t-il, à nous intéresser plus profondément à ces idées et ce climat nauséabonds qui montent en France.

Lire la suite

Le système représentatif en quelques lignes

Dans quelques semaines, les Français seront de nouveau appelés aux urnes dans le cadre des élections européennes. S’il y a de fortes chances que l’abstention et les votes blancs ou nuls atteignent encore une fois des niveaux records, il n’est clairement pas impossible que le pouvoir en place se serve de ces élections (en cas de bons résultats) pour affirmer qu’il est légitime et que les urnes auront alors, dans leur logique, balayé la contestation sociale. Peu importe que lesdites élections ne portent pas sur des enjeux nationaux ou même qu’une élection ne purge en aucun cas une contestation sociale, la caste au pouvoir depuis des décennies se sert abusivement du paravent des élections et du système représentatif pour s’acheter une légitimité.

Les thèses sous-jacentes sont relativement évidentes et simples à saisir. Elles se résument en un syllogisme d’un simplisme confondant : la démocratie est représentée par les élections, les élections m’ont désigné, je suis donc démocratiquement légitime. La faiblesse de cet argumentaire – au-delà du fait que le syllogisme est à la pensée ce que le fœtus est à l’humain, c’est-à-dire une forme très primitive – réside bien entendu dans le fait qu’absolument rien ne permet de faire coïncider système représentatif et démocratie, bien au contraire.

Lire la suite

Algérie, la soudaine insurrection

Il est souvent très complexe – pour ne pas dire impossible – de prévoir les accélérations de l’histoire. Leur rareté couplée au décalage parfois gigantesque entre l’élément déclencheur et la réaction en chaîne aboutissant à ces moments aussi puissants que spéciaux ne sont assurément pas les raisons les moins importantes agissant dans la difficulté à déceler les signaux faibles précédant ce genre d’évènements. Il est, comme l’explique brillamment Frédéric Lordon dans Les Affects de la politique, des seuils imperceptibles dont le franchissement entraîne des changements d’ampleur que personne n’avait vu venir. Evidemment de telles accélérations de l’histoire charrient leurs lots de charlatans prétendant avoir vu avant tout le monde, avoir humé l’ère du temps, ce fameux Zeitgeist, préalablement au reste du monde. C’est ainsi que nous pouvons nous retrouver en présence de charlatans nous expliquant les choses à faire une fois l’accélération produite alors même que ceux-ci nous expliquaient la veille qu’il était absolument impensable de vivre un tel moment.

Il me semble que nous vivons l’un de ces moments à la fois singuliers et très révélateurs, une forme d’apocalypse au sens premier du terme (l’étymologie grecque du terme étant la révélation), en Algérie depuis le 22 février dernier et la première manifestation contre le cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika, président depuis presque 20 ans et que plus grand monde n’a vu depuis 2013 et son accident vasculaire cérébral. Evidemment, l’on se doutait qu’en cas de candidature pour un cinquième mandat de la part du président en place qui n’est plus que l’ombre de lui-même – les soupçons sur sa santé mentale voire même sur le fait même qu’il soit en vie sont légion – celle-ci générerait des tensions tant la situation politique algérienne est absurde. Toutefois, rien ne laisser à penser que les Algériens descendraient par millions dans les rues du pays, mettant ainsi une pression inouïe sur un système sclérosé qui se voit désormais menacé tant le génie démocratique semble avoir quitté la lampe et parait désormais impossible à remettre à sa place sans des concessions majeures.

Lire la suite

Le déficit public en quelques lignes

Il est devenu, depuis des décennies et l’émergence du néolibéralisme, l’un des mantras les mieux partagés par les institutions internationales. Couplé à sa sœur, la dette publique (qui sera abordée dans un prochain billet), le déficit public, ou plutôt sa crainte, s’est progressivement imposé comme la nouvelle matrice de compréhension de l’économie et la politique partout sur la planète. Dans cette croisade du néolibéralisme, le FMI n’était pas le dernier des soldats pour imposer à grand coups de plans d’ajustement structurels les théories chères à l’école de Chicago, menée par Milton Friedman.

Devenu matrice de compréhension et d’action, le déficit public est assurément l’un des symboles les plus prégnants de la construction européenne et de la mise en place de l’euro. Si, selon la légende, la fameuse règle des 3% du traité de Maastricht a été imaginé sur un coin de table et sans profonde réflexion, celle-ci est désormais un véritable dogme auquel tant l’Union Européenne que ses institutions et ses pays membres rendent un véritable culte. Pourtant, à y regarder de plus près, cette crainte absolue du déficit public couplée à ce seuil absurde de 3% ne vise à rien d’autre qu’à tenter de contraindre par la peur à croire que celui-ci est un fléau absolu alors même qu’aucune analyse macro-économique sérieuse ne saurait l’affirmer sans passer pour une bouffonnerie.

Lire la suite

Pour une écologie sociale et radicale

Il y a quelques mois, la démission de Nicolas Hulot – quelque peut théâtralisée et vraisemblablement pensée par lui-même comme un moyen d’agiter les consciences – avait marqué les esprits. Bien que l’ex-ministre de la Transition écologique et solidaire n’ait pas marqué de son empreinte la politique du gouvernement auquel il appartenait en ne remportant presqu’aucun des arbitrages (a-t-il seulement tenté de le faire ?) dans lequel il était impliqué, sa démission en direct à la radio annoncée par une voix presque chevrotante a eu l’effet d’un coup de semonce pour beaucoup. Peut-être avons-nous vécu ce jour-là dans notre pays l’un de ces franchissements de seuil imperceptible capables d’entrainer des changements d’ampleur dont parle Fréderic Lordon dans Les Affects de la politique tant Nicolas Hulot est une figure de l’écologie en France.

Dans la foulée de sa démission, nous avons vu se multiplier les appels aux pétitions, aux marches pour le climat, etc., dans une tendance qui continue aujourd’hui encore. Je crois que le départ à la fin de l’été du ministre le plus médiatique et sans doute le plus populaire du gouvernement a, en même temps que dépouillé le pouvoir macroniste de ses oripeaux écologiques, marqué une forme de prise de conscience pour beaucoup que la situation était critique et qu’elle appelait à des choix radicaux. Pourtant, de la même manière que Nicolas Hulot s’est gardé d’aller jusqu’au bout de sa clarification lors de sa démission, il me semble que cette prise de conscience citoyenne qui semble poindre pourrait, si l’on manque le coche, se révéler être un écueil en cela qu’elle a toutes les chances de se transformer en prise de conscience perverse – au sens premier du terme à savoir ce qui semble de prime abord bénéfique mais se révèle finalement néfaste – si l’on refuse d’aller au bout de la logique et d’exprimer que le problème est bien le système économique régissant la planète.

Lire la suite

La laïcité en quelques lignes

J’ai quelque peu réfléchi avant de me lancer dans l’écriture du premier volet de ce nouveau format « en quelques lignes ». Fallait-il faire une explication dudit format ou plutôt entrer directement dans le vif du sujet ? Si l’explication d’un format a ses avantages elle a également des inconvénients lourds et ne permet pas à mon sens de comprendre totalement la chose dans la mesure où l’on n’est pas entré totalement dans le fond du sujet. Voyez donc dans ce billet le premier d’une longue série dont le format n’est pas encore totalement fixé et qui a vocation à évoluer.

Pour essuyer les plâtres de ce nouveau format j’ai donc choisi de prendre pour sujet une vieille dame de bientôt 120 ans, régulièrement mise à mal et travestie par ceux qui n’ont pas le courage d’assumer leurs positions haineuses et racistes mais qui préfèrent s’en servir comme d’un masque. Je veux bien entendu parler de la laïcité à la française (cette précision a son importance) et des détournements qui en sont fréquemment faits. Du voile de Creil à celui de Decathlon en passant par le burkini et bien d’autres sujets, l’hystérie autour de l’Islam en France aboutit bien souvent à dévoyer la laïcité pour lui faire dire ce qu’elle n’est pas.

Lire la suite