Le roi d’Arabie Saoudite, la plage de Vallauris et l’hypocrisie

Le roi d’Arabie Saoudite a donc pris ses quartiers sur une plage de Vallauris. Ladite plage avait été préalablement privatisée par un arrêté préfectoral interdisant son accès à toute personne n’appartenant pas à la cour du roi saoudien. Malgré les polémiques et les multiples levées de bouclier engendrées par cette privatisation, le préfet n’a pas reculé. Christian Estrosi s’en est d’ailleurs offusqué affirmant qu’il était «scandaleux» qu’une personne, aussi puissante soit-elle, s’approprie un espace public. Réelle indignation ou simple manœuvre électorale en vue des régionales de la fin de l’année ? Je laisse chacun en juger.

D’autres, au contraire, se sont réjouis de la manne financière que pouvait apporter la venue de ces riches touristes dans le sud de la France en considérant que, finalement, privatiser une plage était un prix à payer plutôt négligeable au regard de l’apport financier que la ville allait recevoir. Personnellement, ce qui me dérange le plus dans cette affaire, c’est l’indignation sélective dont peuvent faire preuve les hommes politiques ou l’opinion publique. Indignation sélective à la fois sur les rapports entre la France et l’Arabie Saoudite mais aussi, et peut-être surtout, sur la question de la privatisation des plages.

Quand l’argent parle la vérité se tait

La première grande hypocrisie qui est savamment entretenue par les hommes politiques de tous bords concerne évidemment les rapports entre la France et l’Arabie Saoudite. Ceux qui nous affirment être choqués de voir que l’argent peut tout acheter (drôle de pléonasme d’ailleurs) et même l’espace public, c’est-à-dire un petit bout de France, sont soit de grands naïfs (je n’y crois pas une seule seconde) soit font preuve d’une mauvaise foi inouïe (je penche beaucoup plus pour cette possibilité). Si l’Etat a bien voulu accéder à la demande du roi d’Arabie Saoudite ce n’est pas (seulement) parce que celui-ci est riche. C’est d’ailleurs bien plus un geste diplomatique de la part de la France qu’une vente d’espace public. La France fait tout pour recréer des relations chaleureuses avec le royaume et pour resserrer les liens avec ce pays. L’Arabie Saoudite voit d’un très bon œil ce rapprochement, notamment depuis que Washington a renoué le contact avec Téhéran. Vouloir nous expliquer que cette affaire n’est qu’économique est à la fois non pertinent et complétement absurde.

Dans les relations économiques avec l’Arabie Saoudite nos dirigeants sont également complétement hypocrites. Quel meilleur exemple que Nicolas Sarkozy pour le prouver ? Lors de son fameux débat avec Tariq Ramadan il avait traité de « dégénéré mental » à propos de sa position vis-à-vis de la lapidation (Tariq Ramadan proposait la mise en place d’un moratoire pour pouvoir faire évoluer la situation dans le monde musulman). Voilà le même Nicolas Sarkozy qui, une fois président quelques années plus tard, nous explique que l’Arabie Saoudite est un « pays modéré » avec lequel il faut discuter. Doit-on rappeler que l’Arabie Saoudite est l’un des derniers pays au monde où les femmes n’ont pas le droit de vote (elles n’ont même pas le droit de conduire) ? La vérité est bien simple. Quand un pays a de l’argent, peu importe la dictature que ce soit, il devient fréquentable parce qu’intéressant économiquement.

Les plages méditerranéennes n’ont pas attendu cette affaire pour être privatisées…

Je suis né et j’ai grandi à Marseille. Mon adolescence, je l’ai passée sur les plages de la Côte d’Azur. J’ai donc vu ces plages que j’aimais tant changer radicalement, parfois en s’améliorant, le plus souvent en se détériorant. J’ai vu les plagistes grignoter petit à petit les plages publiques, centimètre par centimètre si bien qu’aujourd’hui, dans certaines communes, il y a plus de plages privées que de plages publiques. Certains endroits sont devenus presque interdits à la jeunesse de la région parce qu’ils sont désormais réservés aux riches touristes venus pour la plupart de Russie. Cette privatisation des plages du littoral se fait souvent dans des circonstances assez troubles et obéit à une logique régie par différentes sphères d’influence, des mafias italiennes à la mafia russe.

C’est pourquoi j’aimerai que ceux qui sont si prompts à dénoncer la privatisation de la plage de Vallauris par le roi d’Arabie Saoudite le soient aussi à dénoncer ce scandale que constitue la privatisation totalement abusive et scandaleuse qui est à l’œuvre depuis bien des années sans que cela n’émeuve grand monde. Attaquer une personne étrangère et fortunée est bien facile en ces temps de populisme rampant, avoir le courage de dénoncer ceux qui profitent en permanence du bien commun pour s’enrichir nécessite davantage de grandeur d’esprit. Et c’est ce qui nous manque cruellement dans ce problème.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s