Manifeste pour un alter-européisme

Possible Brexit en juin, négation de l’Etat de droit en Pologne, dissensions à propos des réfugiés, les sujets d’inquiétude sont puissants et nombreux pour l’Union Européenne. Confrontée à une résurgence des nationalismes, l’Europe est en crise au sens où l’entendait Gramsci. « La crise, disait-il, c’est quand le vieux se meurt et que le jeune hésite à naître ». Le modèle qui a régi l’Union Européenne depuis sa création s’est essoufflé et, depuis 2005, la défiance des peuples à son égard n’a cessé d’enfler, eux qui considèrent qu’ils n’ont plus leur mot à dire et que l’on applique le contraire de ce qu’ils décident. Le penseur italien complétait sa phrase précédente lorsqu’il décrivait le monde dans lequel il vivait : « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaitre et dans ce clair-obscur surgissent les monstres ».

Voilà tout le défi auquel nous devons faire face, apprendre à penser un alter-européisme afin d’éviter que ce ne soit les monstres qui pilotent cette grande transition que nous sommes en train de vivre. Alter-européisme, arrêtons-nous un instant sur ce mot. De la même manière que les altermondialistes n’étaient pas uniquement constitués de hippies vivant dans les années 1970, l’alter-européisme ne saurait être une approche rétrograde appelant simplement à un retour des nationalismes contre l’Union Européenne. Il s’agit plutôt de repenser l’architecture globale de l’UE pour faire face aux grands défis qui se présentent à nous et pour répondre aux attentes des peuples. L’alter-européisme ici défendu se donne donc un but à la fois précis et large, précis dans sa caractérisation et large dans ses applications : une refondation totale de la construction européenne sur tous les domaines.

Faire de l’UE une République

Jean-Paul Fitoussi, dans La Règle et le choix, a mis en évidence le danger que courait l’Union Européenne à privilégier la règle sur le choix. Au cours de son étude il en arrive à la conclusion que la règle est prioritaire dans l’UE notamment du fait de l’ordo-libéralisme en vigueur. La souveraineté des nations a été vidée de sa substance sans qu’une quelconque souveraineté à échelle européenne n’ait vu le jour. Dans ces conditions, il ne saurait y avoir de réelle démocratie puisque le débat n’a plus lieu, les traités régissent tout. « Il ne peut y avoir de démocratie en dehors des traités européens » affirmait Jean-Claude Juncker au moment de la crise grecque. Cette phrase est symptomatique d’une absence totale de démocratie dans la mesure où les traités ne sont plus soumis au vote des peuples ou alors quand ceux-ci s’expriment leur voix n’est pas prise en compte – l’exemple du vote sur la constitution européenne en 2005 est éloquent.

La construction européenne ne peut se passer de l’adhésion des peuples. C’est pourquoi l’alter-européisme, ici présenté, exprime la volonté de rendre l’UE républicaine. L’Union Européenne doit devenir une République au premier sens du terme, elle doit devenir cette chose commune qui appartient à tous les Européens qui peuvent s’exprimer sur ses orientations. A l’heure actuelle, l’UE n’en est pas une, elle appartient à une certaine catégorie de personnes qui décident de tout pour tout le monde sans les consulter. Les peuples en sont réduits à faire semblant de choisir parmi des nuances de la même chose. Cela n’est pas acceptable. La construction européenne ne peut plus se poursuivre dans l’opposition aux nations – on voit bien que c’est cette mécanique qui renforce les nationalismes. Au contraire, l’UE se fera avec les nations et par les nations. Dénier sa souveraineté aux peuples européens c’est décider pour eux ce qui est bon et chaque fois qu’une personne dans l’Histoire a voulu faire de cette Terre un paradis pour le peuple sans se préoccuper de son avis, il en a fait un enfer.

Nous réconcilier avec la complexité

Les agriculteurs français sont en colère et ils l’ont fait savoir au président de la République française lors du salon de l’Agriculture. Cette colère est le révélateur d’une chose qui est souvent oubliée par l’Union Européenne : l’importance de la question écologique et le fait que cela conditionne tout le reste. La crise agricole que l’Europe traverse actuellement est intimement reliée à la question environnementale. Cette composante essentielle de notre époque contemporaine devra être au cœur de la nouvelle Union Européenne. C’est une des idées principales portées par l’alter-européisme que nous expliquons ici. Cette refondation nécessaire n’est pas là pour expliquer quelle politique doit être menée. A l’instar d’une constitution qui fixe les règles tout en restant neutre et non partisane, l’alter-européisme se donne pour ambition de placer au cœur des questions européennes la dimension environnementale qui nous concerne tous et de laisser ensuite les débats sur cette question aboutir à des propositions.

La question environnementale est la question fondamentale à laquelle nous devons tous répondre puisque la Terre est notre Res Publica, notre bien commun. Il s’agit donc de nous réconcilier avec la réflexion sur le long terme et d’abandonner les postures qui ne se préoccupent que du court terme. Dans le cas contraire, c’est la planète toute entière qui court à sa perte. Cette démarche de long terme ne doit pas être uniquement appliquée sur un plan environnemental. Il faut nous réconcilier de manière générale avec une approche globale et complexe. « A force de sacrifier l’essentiel à l’urgence, nous avons oublié l’urgence de l’essentiel » selon la phrase géniale d’Edgar Morin. Il faut se préoccuper à nouveau de l’essentiel et sortir de la vision productiviste et de court terme dans tous les pans du débat public. C’est ce cadre que se propose de poser l’alter-européisme, libre ensuite à chacun d’avoir une vision qui lui sera propre, à condition d’intégrer l’importance de l’essentiel et de la vision à long terme. Comment réussir à penser la construction européenne si le débat public est dominé dans tous les domaines par l’obsession du résultat immédiat quand bien même celui-ci pourrait hypothéquer l’avenir ? Cette nouvelle approche est nécessaire et se situe au cœur de notre alter-européisme.

Sortir ou pas ?

L’alter-européisme, nous l’avons vu, se propose donc de remettre les peuples au cœur du processus de choix de l’Union Européenne. Comment doit-il se définir sur la question de la sortie de l’UE ? Ce concept serait, au vu des catégories utilisées aujourd’hui, eurosceptique. Lorsque l’on utilise ce mot dans les médias ou chez les dirigeants européens actuels c’est pour agiter le chiffon rouge du nationalisme, du retour aux égoïsmes nationaux et de la déconstruction de l’Union Européenne. Nous pensons plutôt que l’alter-européisme doit être décrit comme une pensée eurocritique c’est-à-dire qui s’interroge sur l’état actuel de la construction européenne et qui essaye de proposer un autre chemin à suivre pour réconcilier les peuples avec la construction européenne. Nous avons décrit ses grands objectifs à savoir ceux d’une refondation profonde de l’Union Européenne pour aller vers une caractérisation plus républicaine de la construction européenne.

Il nous faut donc répondre à la question sur la sortie. Il nous faut être clair pour ne pas prêter le flanc aux critiques fallacieuses : si la refondation demandée par l’alter-européisme peut se faire dans l’UE actuelle cela sera du temps de gagné. Toutefois, il nous semble que les chances d’une telle réussite soient minces. S’il est impossible de refonder l’Union Européenne de l’intérieure il faudra alors en sortir et entamer une œuvre de déconstruction au sens où l’entendaient l’école philosophique du même nom à savoir un recul pour mieux avancer derrière. Il s’agira alors d’abord de déconstruire pour construire une Europe selon les éléments de la doctrine de l’alter-européisme évoqués plus haut dans ce manifeste. Il convient donc de récuser, par avance, toute accusation de nationalisme, d’égoïsme ou de pyromanie pour réaffirmer clairement que si un pas en arrière doit être fait, il sera la prémisse à une reconstruction selon les idées de l’alter-européisme.

Nous voilà donc arrivés à la fin de ce manifeste qui vise à poser les fondements de l’alter-européisme ainsi que ses modalités de mise en place. Remettre les peuples au cœur du jeu est absolument nécessaire de même que prendre en compte les nations composant l’UE. La construction européenne ne saurait, en effet, se passer de l’adhésion des peuples et du fondement des nations pour avance. L’alter-européisme est porteur d’une espérance qui a pour ambition de répondre aux peurs qui parcourent actuellement les sociétés européennes et particulièrement la société française en proposant un horizon et en ne se complaisant pas dans la simple critique. La critique doit être le point de départ de la mise en place d’une réflexion et jamais un point d’arrivée sous peine de déboucher sur des impasses. « Rien de grand ne s’est fait sans passion » écrivait Hegel et l’alter-européisme a pour ambition de réaliser quelque chose de grand en s’appuyant sur une passion, celle du peuple.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s