L’affaire Hanouna ou le règne de l’apocalypse

Il y a une semaine dans son émission Radio Baba ­– inspirée des radios libres – Cyril Hanouna a piégé des hommes homosexuels en publiant une annonce sur un site de rencontres. Prenant une attitude et une voix efféminés pour coller au cliché, l’animateur s’est non seulement moqué desdites personnes mais a également affiché au grand jour leur homosexualité alors que certains dissimulaient encore leur orientation sexuelle – l’un des hommes piégés a d’ailleurs été expulsé de chez lui, nous y reviendront plus tard. Cette séquence abjecte a, cette-fois, plus fait réagir qu’à l’accoutumée. Cyril Hanouna n’est, en effet, pas à son coup d’essai lors de son émission.

Depuis une semaine c’est donc une véritable déferlante qui s’abat non seulement sur l’émission TPMP mais surtout sur la personne de Cyril Hanouna. Ce n’est pas simplement l’animateur qui est visé. Alors oui, il est évident que dès lors qu’une personne devient une personnalité publique, la frontière entre le professionnel et le privé s’estompe grandement et rapidement mais tout de même, il ne me paraît pas absurde de s’interroger sur les raisons profondes de ce déferlement en même temps que d’essayer de comprendre ce qu’il nous dit de notre société. Il ne s’agit évidemment ni de défendre ou d’excuser cette séquence odieuse mais bien plus de tenter d’analyser froidement les choses.

 

L’abruti devenu pharmakos

 

Dans La Violence et le sacré, René Girard met bien en évidence la dynamique qui pousse à la création de bouc émissaire, ceux qu’il appelle les victimes sacrificielles. Il rapproche cette figure de celle du pharmakos. Qu’est-ce qu’un pharmakos ? Dans la Grèce Antique, il était une personne qui représente à la fois le poison et le remède. Concrètement il s’agissait de faire parader le pharmakos dans la ville afin qu’il draine tous les éléments négatifs avant d’être expulsé de la cité. Finalement, il agit comme une forme de paratonnerre puisqu’il attire à lui toutes les choses néfastes afin d’éviter à la cité de subir le courroux divin. A ce titre Œdipe fait figure de modèle puisqu’après s’être crevé les yeux il s’enfuit de Thèbes pour lui éviter de subir la malédiction qui lui est promise. Tout porte à croire que Cyril Hanouna joue aujourd’hui le rôle de paratonnerre sur la question de l’homophobie.

En accusant aussi violemment l’animateur et en essayant de l’abattre au sens figuré, il me semble que bien des personnes l’offrent en victime sacrificielle. La chose qu’il a faite est abjecte mais il ne me semble pas qu’il soit le seul auteur de propos homophobes. Prenant conscience des réactions d’indignation suscitées par sa chronique, l’animateur a publié une lettre dans Libération pour s’excuser. On peut certes douter de la sincérité de ces excuses – les a-t-il prononcées en y croyant ou l’a-t-il fait sous le joug de la peur après avoir vu les annonceurs déserter son émission ? – le fait est qu’il en a faites. Lorsque Nicolas Canteloup avait prononcé une chronique immonde elle-aussi d’un point de vue de l’homophobie tout le monde avait accepté ses excuses. Finalement l’animateur, dans le schéma qui semble se mettre en place, est une forme de pharmakos pour le système médiatique actuellement en place : chargé de drainer toutes les frustrations, toutes les colères puis d’être sacrifié afin que le système en place demeure. Son renvoi s’il devait arriver sifflerait donc la fin de la récréation et affirmerait : « circulez il n’y a plus rien à voir ». En attendant, il est permis de penser qu’il y a quelque indécence à célébrer une chasse à l’homme qui s’est mise en place depuis une semaine.

 

De l’art de se laver les mains

 

Depuis quelques temps notre pays semble souffrir du syndrome Ponce Pilate – et cette dynamique ne va pas en s’arrangeant. Que vient faire Ponce Pilate ici ? L’expression « s’en laver les mains » trouve son origine dans le procès du Christ lors duquel le Romain devant la fureur de son peuple se lava les mains du « sang juste » qui allait couler. Loin de moi l’idée de comparer Hanouna au Christ mais il me semble que la France depuis quelques mois est dans une logique quelque peu schizophrénique et – osons le mot – très puérile consistant à se laver les mains d’un peu tout afin de ne pas à avoir à ouvrir les yeux sur la réalité des choses. La campagne présidentielle aura, à ce titre, servi de climax tant cette logique a été exacerbée. L’histoire de notre société depuis quelques mois est celle d’un peuple qui essaye constamment de se racheter une conscience à peu de frais. Sur les quelques derniers mois une forme de Trinité dans cette logique a vu le jour : Fillon-Le Pen-Hanouna.

Dans les trois cas notre pays, et mes concitoyens par la même occasion, a tenté de masquer ses failles béantes en les dissimulant un peu comme l’on mettrait de la poussière sous un tapis – à ceci près que le monticule de poussière est si gros qu’il n’est pas devenu invisible. Les chevaliers blancs qui sévissent sur Twitter et les autres réseaux sociaux mais qui ne font rien dans la vie réelle pour lutter contre ces fléaux que sont la corruption, l’autoritarisme, le racisme ou l’homophobie ont trouvé sur qui taper ces derniers mois afin de dire qu’ils agissaient. La France a éconduit Fillon, c’est donc que la corruption et le népotisme ont disparu. Elle a fait barrage au FN c’est donc que l’autoritarisme et le racisme sont de l’histoire ancienne. Dernier terme de la trilogie, si la France tue médiatiquement Hanouna c’est qu’elle aura vaincu l’homophobie. Il va sans dire que cette vision des choses est proprement ridicule. La corruption, le népotisme, le racisme, l’autoritarisme sont toujours là. Il en sera de même pour l’homophobie en cas d’éviction cathodique de Cyril Hanouna.

 

Nous le voyons donc il est, selon moi, non seulement hypocrite de chasser en meute Hanouna mais également contreproductif dans la lutte contre l’homophobie. D’une part parce que cette chasse à l’homme occulte les problèmes de fond posés par cette séquence abjecte. Cyril Hanouna a certes fauté mais n’est-il pas également le révélateur d’un certain rapport à l’homosexualité dans notre pays ? – d’où le titre de ce billet. En cela, beaucoup se sont indignés du fait que l’un des hommes piégés ait été expulsé de chez lui de la faute de Hanouna mais, si l’on y réfléchit bien, est-ce que la réaction de sa famille n’est pas elle-même aussi sinon plus grave ? D’autre part, cogner comme des sourds sur Hanouna a un effet délétère bien connu par les sociologues : celui de fédérer la communauté des fanzouzes autour de lui. Ne serait-il pas plus pertinent de chercher à expliquer rationnellement les conséquences de tels agissements à cette communauté plutôt que de la jeter dans l’opprobre ? Je ne dis pas détenir la vérité mais je crois par contre qu’il nous faut nous poser ses questions plutôt que de s’associer aux huées sans voir plus loin.

Un commentaire sur “L’affaire Hanouna ou le règne de l’apocalypse

  1. Vraiment intéressant comme point de vu. Je n’ai pas vraiment d’avis sur la question, j’en entends parler tous les jours mais ne m’y suis pas vraiment intéressée mais ton article m’invite a aller plus loin, ce que je vais faire, Alors je reviendrais par ici explorer d’autres horizons et t’en faire part
    Merci pour cette reflexion argumentée

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s