L’Affaire Darmanin et l’éthique des Tartuffe

Depuis quelques jours, Gérald Darmanin est empêtré dans une affaire bien peu glorieuse et qui a tout du scandale. Le ministre de l’action et des comptes publics n’est en effet ni plus ni moins qu’accusé de viol par Sophie Spatz. Madame Spatz accuse Monsieur Darmanin de l’avoir violée à la suite d’une demande faite par elle-même auprès de Gérald Darmanin afin d’intercéder auprès de Michèle Alliot-Marie, alors ministre de la Justice. A l’époque, en 2009, Sophie Spatz âgée de 37 ans, sympathisante UMP sonne depuis deux ans à toutes les portes pour demander une révision de sa condamnation pour chantage et coups de fil malveillants, survenue en 2005. C’est dans cette optique qu’elle rencontre Gérald Darmanin au siège de l’UMP. L’alors élu de Tourcoing lui affirme qu’il va l’aider et lui propose de poursuivre la discussion à l’extérieur. Ils passent la nuit ensemble et c’est à ce moment-là que la relation sexuelle se produit.

Madame Spatz affirme qu’elle était comme prise en otage et qu’elle s’est livrée à ce rapport pour obtenir la lettre promise par le ministre, chose qu’elle lui rappelle dans certains textos : « Quand ont sait l, effort qu, il ma fallu pour baiser avec toi !!!! Pour t, occuper de mon dossier ». Depuis la révélation de la plainte pour viol, toute la classe politique ou presque fait bloc derrière Darmanin. Celui-ci a même été ovationné dans l’enceinte de l’Assemblée nationale et, quand bien même les députés LREM affirment qu’il n’y avait pas de rapport avec cette affaire, la temporalité laisse peu de place au doute. Au-delà de la question du viol présumé, il me semble que cette affaire agit comme un puissant révélateur de la tartufferie cynique et odieuse d’une grande part de la caste politicienne au pouvoir.

 

Au royaume des Tartuffe

 

Il y a seulement quelques semaines, l’onde de choc suscitée par l’affaire Weinstein parcourait la planète. Passée la sidération, la prise de conscience et la libération de la parole des femmes agissaient de manière sinon salvatrice, au moins porteuse d’espoir. Cette affaire Weinstein nous semblait être comparable à l’un de ces franchissements de seuil qui induisent des changements majeurs. Les hashtags MeToo ou BalanceTonPorc révélaient de manière crue et parfois sordide à quel point le mal est profond. Toute la classe politique ou presque criait à l’unisson son dégoût et jurait la main sur le cœur qu’il fallait tout faire pour améliorer la situation des femmes et lutter contre la logique qui aboutit à considérer comme normal ce qui est du harcèlement. Le roi des Tartuffe et des cyniques proclamait même qu’il faisait de l’égalité femmes-hommes la « grande cause » de son quinquennat.

Nous n’étions évidemment pas dupes de l’hypocrisie et du cynisme absolu de cette classe politique symbolisée par un président de la République qui fait de grands discours sur l’égalité tout en saignant le financement des associations mais voilà que cette affaire Darmanin vient jouer le rôle d’apocalypse – dans son sens grec, la révélation – et porter à incandescence cette hypocrisie qui confine à la morgue crasse. En soutenant de manière indéfectible Gérald Darmanin, Emmanuel Macron, Edouard Philippe et leur majorité démontrent à ceux qui en doutaient encore que l’égalité femmes-hommes et la lutte contre le harcèlement et le viol ne sont que des fadaises dans leurs bouches. Evidemment, Monsieur Darmanin doit bénéficier de la présomption d’innocence. Néanmoins, la présomption d’innocence n’est pas le dénigrement de la victime présumée comme on a pu l’entendre ci et là dans la bouche de certains caciques qui ont passé leur temps à rappeler le passé de Sophie Spatz – qui est une ancienne call girl – pour mieux discréditer son propos et sa personne.

 

De l’éthique en politique

 

Par-delà la question, très importante, de la tartufferie de ces personnes à l’égard de la lutte contre les violences faites aux femmes, cette affaire est également un formidable révélateur d’une certaine hystérie. Comme l‘a très bien noté Michaël  Hajdenberg dans un article sur Mediapart, depuis le début de cette affaire, il semblerait que deux camps aux positions tout aussi dangereuses l’une que l’autre s’affrontent. D’un côté certains nous expliquent que Darmanin ne doit pas démissionner parce qu’il n’est pas mis en examen avec l’argument éculé du « si ça commence comme cela, il suffira de déposer plainte pour faire partir un ministre ». De l’autre, d’aucuns affirment que Darmanin doit partir parce que d’autres ministres ont dû quitter le gouvernement sur des suspicions. Dans les deux cas, les positions ne me semblent pas être pertinentes car cela reviendrait à graver dans le marbre une règle, tout le contraire de l’éthique selon moi.

Personnellement je pense que Gérald Darmanin devrait démissionner ou être démissionné. Non pas parce qu’il a commis un viol – c’est à la justice de trancher cela – mais parce que d’un point de vue éthique son maintien est une faute politique lourde selon moi. Au-delà du viol supposé, ce qui est attesté, et non contesté par le ministre, est le fait qu’il a usé de son pouvoir (fantasmé ou non) d’intercéder auprès de la Garde des Sceaux pour obtenir les faveurs sexuelles d’une femme. Voilà la réalité crue de la situation, celle que l’extrême-majorité de la classe politique ne commente pas pour se concentrer sur la question du viol. Le fait de laisser dans l’angle mort la question de l’abus de pouvoir voire du trafic d’influence n’est pas anodine et confirme bien que le nouveau monde tant vanté par Emmanuel Macron n’est qu’un visage nouveau pour d’anciennes pratiques.

 

Le gouvernement tout comme la majorité godillot à l’Assemblée font le choix de fermer les yeux, de se boucher les oreilles et de se taire, comme dans un mauvais remake de la figurine des trois singes. Il est assez dramatique de voir à quel point tout est fait pour que rien ne change. Dans son lumineux Discours à la jeunesse, Jaurès affirmait que « le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques ». Visiblement, le courage n’est toujours pas présent dans les plus hautes sphères de l’Etat.

6 commentaires sur “L’Affaire Darmanin et l’éthique des Tartuffe

  1. Mais enfin, Marwen, avez-vous entendu parler de ce proverbe : « selon que vous serez puissant ou misérable »… ?

    Je pourrais rajouter que Tariq Ramadan (je précise que je n’ai pas d’avis sur sa culpabilité ou non), lui, est non seulement mis en examen, mais incarcéré. Alors que jusqu’à plus ample informé, il est dans le même cas que M. Darmanin.

    Sachant que bien évidemment, les harceleurs-violeurs sont tous des bronzés, ou réciproquement. Chez les « populations issues de l’immigration » (aka les musulmans, pour ne pas dire « les arabes », parce que ce serait du racisme), on peut parler de viol, voire de tournante. Chez les gens bien, Monsieur, on dit « dérapage », c’est beaucoup plus élégant. La preuve, le dénommé DSK, lui, parade au festival de Cannes, et vient donner des conférences au Sénat…

    Bref, nous autres français dits « de souche » (c’est à dire blancs) sommes les représentants de la « civilisation » face à la barbarie.

    J'aime

  2. Dans le royaume du Jeune Paltoquet Arrogant (J.P.A. pour les start-uper) les règles sont les mêmes pour tous sauf les exceptions. Ces dernières étant spécialement réservées à tous les « rampeurs » qui lui servent de cour.

    J'aime

  3. Salut

    Ben oui ! La « classe » ,l' »intelligence », la « perspicacité » est en marche Marwenn . Leur machine à lobotomiser fonctionne à merveille et il ya de plus en plus de « ‘production »de ce niveau .en guise de commentaire..
    Bon ça fait une bonne quarantaine d’années que c’est « en marche » .Disons que ça se renforce .
    Le petit gangster élu en 2007 a été très dynamique en matière d’indécence, de mépris et de malhonnêteté mais il passe le plus clair de son temps à bronzer
    A part ça ,Gerald peut compter sur la solidarité des mâles de sa caste . Quant aux femmes de cette même caste ,elles sont soumisses à l’ordre patriarcal .
    Pour quoi que ce soit ils sont au dessus de leur lois et leur justice est à leur service
    DSK à Cannes ,Sarko avec toutes ses casseroles,éternels vacancier au Maroc (doit boire des coups avec DSK),Et Balkany toujours à la mairie de Levallois .Lui c’est le meilleur !
    Leur démocratie est une imposture tout comme le mythe du pays des droits de l’homme .
    Illes nous rabâchent que nous sommes dans un état de droit ,mais c’est l’état de leur droit qui est le droit du plus fort.Les prisons sont « surremplies » de gueux .Eux vont tranquillement de mise en examen en mise en examen .Il mentent ,trichent et volent en toute impunité et font tabasser par leur « gestapistes »les réfugiés qui survivent dans la neige .
    En ce moment l’oligarchie est macronnienne .
    Je pense qu’on ne mesure pas à quel point nous en sommes rendu et pourtant nous allons régresser encore davantage

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s