L’importance du langage en quelques lignes

Voilà quelques semaines que pas un jour ne passe sans qu’une déclaration choc ne voit le jour sur les plateaux télé – en particulier sur ceux des chaines d’infos en continu. Il serait évidemment injuste d’incomber la responsabilité de cet état de fait à ces seules chaines tant Emmanuel Macron et son gouvernement pratique cette stratégie où l’outrance le dispute à l’indécence mais il est totalement évident que ces chaines d’infos ont un poids très important dans cette grande confusion qui sied bien à la caste en place pour continuer son travail de sape contre le système social français. Il est certes important de ne pas céder à cette course à l’échalotte que mènent Macron et ses affidés – parce que faire l’inverse reviendrait à oublier que l’attaque qu’ils mènent est globale – mais il me parait important de ne pas laisser le contrôle du langage à ce bloc bourgeois.

L’appauvrissement et la simplification langagière que nous voyons se mettre en place depuis des décennies et qui s’accélère depuis l’accession de Monsieur Macron à l’Elysée fait, à mes yeux, pleinement partie de la stratégie de mise à mal du modèle social français. Tout le positionnement de Macron, depuis son émergence, est de construire une opposition binaire et manichéenne entre les supposés progressistes dont il serait le chef de file et les extrémistes. Dans cette optique, la construction linguistique n’est pas le dernier des outils. L’on pourrait considérer que cette lutte pour le langage est dérisoire, je pense au contraire qu’elle est essentielle et que la désertion de ce combat a signé la première défaite, celle qui a entrainé toutes les autres, de tous ceux qui veulent proposer une alternative au système en place.

Lire la suite

L’uberisation en quelques lignes

Dans quelques jours entrera en vigueur la réforme de l’assurance chômage. Malgré la véritable mise en pièce du système social français que représente cette réforme, celle-ci n’a fait que peu débat dans la société lors de son étude par le Parlement. Il y a fort à parier qu’il en sera bien différent avec sa mise en place tant celle-ci va frapper durement les plus précaires et dominés de notre société ainsi que l’a si bien mis en avant Mediapart dans un article fleuve présentant les effets de ce changement de modèle. En parallèle de cette réforme, le gouvernement et sa majorité nous expliquent que comme le chômage baisse – en réalité il n’y a que la catégorie A qui baisse, bien plus sous l’effet d’une baisse des inscriptions et d’une augmentation des radiations que sous celui d’une quelconque reprise économique – il est tout à fait normal de durcir les conditions d’accès à l’assurance chômage.

Il n’est, dès lors, pas absurde de penser que la mise en place d’une telle réforme a de quoi satisfaire toutes les plateformes diverses et variées qui fonctionnent sur le modèle du recours aux autoentrepreneurs, ce que l’on place depuis des années sous le vocable d’uberisation. La forte augmentation de la précarité et de la pauvreté à prévoir avec le changement de modèle de l’assurance chômage a effectivement toutes les chances d’aboutir sur une explosion des emplois qui ont tout de l’exploitation et notamment ce retour du travail à la tâche constitué par toutes ces plateformes.

Lire la suite

La toujours très actuelle lutte des classes

Il y a quelques jours, dans le cadre d’un débat sur le projet de réforme – ou plutôt devrions-nous dire de saccage – du système des retraites, Emmanuel Macron a tenu un propos qu’il avait déjà eu il y a quelques temps au moment de la campagne présidentielle. Interrogé sur la question de la pénibilité de certains métiers, le monarque présidentiel a effectivement expliqué qu’il n’aimait pas vraiment ce terme parce qu’en substance, celui-ci suggérerait que le travail puisse être pénible. Par-delà la portée évidemment provocatrice d’un tel propos se niche, à mon sens, une vision globale du monde. En rejetant avec véhémence cette notion, le locataire de l’Elysée ne se prête pas seulement à un exercice de novlangue au sens orwellien du terme, il affirme avec aplomb sa position sur la question de l’organisation de la société.

Expliquer que cela dérange que l’on pense qu’un travail puisse être pénible dépasse, en effet, le simple cadre de la réforme du système de retraite et la question de l’aménagement de celui-ci selon les types de métiers. Cela postule une certaine vision du monde où le travail marchand est vu comme une sinécure et non pas le fruit d’un antagonisme entre celui qui vend sa force de travail et celui qui possède les moyens de production, il s’agit en somme de nier purement et simplement le concept même de lutte des classes. Ce faisant, Emmanuel Macron ne fait que se placer dans la lignée du consensus de Washington – l’autre nom du joug néolibéral – et de la théorie de la fin de l’Histoire nous expliquant qu’après la chute de l’URSS, le capitalisme est l’horizon indépassable et que le concept des luttes des classes est désormais suranné. Je crois, à l’exact opposé de ce postulat, que la lutte des classes est encore (et peut-être plus que jamais) présente même si elle semble avoir muté.

Lire la suite

La classe moyenne en quelques lignes

A la lecture du budget 2020, il apparait clair que Macron et son gouvernement ont fait de la baisse des impôts pour la classe moyenne l’alpha et l’oméga de leur prétendu virage social. Bien conscients que c’est en faisant adhérer ladite classe moyenne à sa politique que Macron et sa caste ont une chance de se maintenir au pouvoir et de continuer le saccage social en cours, ils tentent par tous les moyens d’obtenir cette adhésion, se plaçant en garant de la préservation de la classe moyenne. Parce que, pour paraphraser Engels et Marx, l’on pourrait dire qu’un spectre hante l’Europe et plus particulièrement la France, celui de la disparition de la classe moyenne.

La classe moyenne semble pourtant avoir tout du mythe, de cet élément un peu fourre-tout au sein duquel tout le monde se retrouve. Pourtant, les contours de ladite classe moyenne sont flous à souhait, ce qui n’est pas un hasard selon moi. La classe moyenne est assurément le meilleur instrument socialement coercitif créé par le capitalisme néolibéral pour contrôler les masses, en particulier les classes populaires. Il est temps de sortir de la caverne et de déconstruire cette fable. Au risque de continuer à s’épuiser en se battant contre des moulins à vents.

Lire la suite

Le protectionnisme en quelques lignes

S’il y a bien un sujet qui agite les rubriques politico-économiques depuis quelques temps, il s’agit bien les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis. Présentées comme le prélude à un affrontement généralisé – commercial voire militaire – sur toute la planète, ces tensions semblent être devenues le sujet de préoccupation majeures tant Xi Jinping et Donald Jr. Trump paraissent prêt à tout ou presque pour s’imposer dans cette confrontation. Parallèlement à ces tensions entre les deux premières puissances économiques mondiales, l’air du temps semble être à l’approfondissement rapide des accords de libres échanges (CETA, accord EU-Mercosur, etc.) un peu comme si les tenants du libre échange avaient peur d’un retournement global.

Pour justifier les accords toujours plus nombreux, les laudateurs du libre échange ne cessent effectivement de nous expliquer que celui-ci est le meilleur moyen d’éviter les conflits armés et que l’interdépendance des économies (en réalité la dépendance organisée des économies du Sud pour permettre le maintien de la domination d’une petite partie de la planète) est le garant de la paix. Aussi est-il désormais de bon ton dans la doxa économique dominante de fustiger tous les partisans d’un quelconque protectionnisme en amalgamant toutes les logiques protectionnistes qui sont pourtant souvent contradictoires les unes avec les autres.

Lire la suite

La crise des subprimes en quelques lignes

Alors que semble de plus en plus se profiler une guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis et que celle-ci pourrait bien in fine déboucher sur une lutte sur la dette souveraine étatsunienne en partie détenue par la Chine, le vertige d’une nouvelle crise financière majeure est de nouveau présent dans bien des têtes, ainsi que le soulignent les récents propos de Bernie Sanders sur la dette étudiante aux Etats-Unis. Il y a seulement un peu plus de dix ans, pourtant, l’une des plus grandes crises financières – sinon la plus grande – de l’histoire frappait le monde en partant de l’épicentre étatsunien.

Rapidement propagée partout sur la planète du fait de l’interdépendance croissante des marchés financiers, la crise des subprimes a certainement marqué le début d’une nouvelle ère financière en même temps que le paroxysme d’une logique qui trouve son origine dans le tournant néolibéral des années 1980 et la financiarisation accrue de l’économie. A l’heure où les marchés financiers s’échangent des sommes astronomiques chaque jour, l’économie mondiale est plus que jamais soumise à des risques financiers majeurs, ce qui trouve principalement sa source dans les réponses – ou plutôt devrait-on dire les non-réponses – apportées à la crise des subprimes il y a dix ans, crise préfiguratrice de ce qui pourrait à nouveau se produire.

Lire la suite

La décroissance en quelques lignes

Il y a une dizaine de jours, l’ensemble des citoyens membres de l’Union Européenne étaient appelés aux urnes pour élire le Parlement européen. Si l’abstention a encore atteint des niveaux très élevés, particulièrement en France, l’un des grands groupes gagnants de ces élections est incontestablement celui constitué par les Verts. Les partis écologistes ont effectivement connu une augmentation de leurs résultats dans certains pays si bien que le groupe devrait passer de 52 députés dans la mandature européenne à 74 dans celle à venir. Cette poussée des Verts, en particulier en Allemagne, est sans doute liée à la dynamique actuelle au sein de laquelle les questions écologiques semblent, heureusement, devenues importantes.

Dans le sillage des multiples marches pour le climat, des grèves des lycéens ou encore de certaines actions intentées en justice contre des Etats à l’égard des questions écologiques, la problématique du changement climatique et de la menace d’une nouvelle grande extinction polarisent indéniablement l’attention – sans pour autant que les changements requis soient mis en œuvre pour le moment. Dès lors, les débats sur la pertinence et la nécessité de défendre un modèle décroissant semble revenir sur le devant de la scène, lui qui a été théorisé il y a déjà des décennies. Je crois pourtant que la décroissance, loin d’être une solution dans le cadre économique actuel, a toutes les chances d’être un leurre nous faisant perdre, encore, de précieuses années avant de faire advenir le changement de modèle économique plus urgent que jamais.

Lire la suite