La réforme de l’assurance chômage, symbole ultime du macronisme

S’il y a bien une chose qui caractérise la mandature d’Emmanuel Macron, c’est sans conteste sa volonté de réformer tous azimuts pour mettre à mal le modèle social français. Sa stratégie depuis le premier jour est effectivement d’ouvrir d’innombrables fronts – que ce soit par ses réformes ou par ses déclarations toutes plus scandaleuses les unes que les autres – pour avoir la maitrise de l’agenda et contraindre les contempteurs de sa politique à suivre son rythme effréné. Après le G7 de cet été et le positionnement du locataire de l’Elysée en grand chef diplomate, la rentrée est axée sur la réforme des retraites à venir. Avant ça il y eut la réforme de l’assurance chômage.

L’objectif, à peine caché, de cet enchainement très rapide est évidemment d’empêcher la réflexion globale sur ce qui est en train d’arriver et de forcer les opposants à s’épuiser en courant plusieurs lièvres à la fois. Il serait injuste de ne pas reconnaitre à la caste actuellement au pouvoir un sens stratégique certain dans la mesure où tout ou presque se passe comme prévu depuis l’arrivée au pouvoir du nouveau monarque présidentiel. Dans ce flot continuel de réformes mettant à mal le modèle social français et de déclarations autant provocatrices qu’irrespectueuses à l’égard de bien des personnes, il me semble que la réforme de l’assurance-chômage marque l’une de ses ruptures dont l’on se rend compte bien trop tard.

Lire la suite

Les cotisations sociales en quelques lignes

Pour contrebalancer sa politique économique au service des plus puissants, Emmanuel Macron a présenté la baisse des cotisations sociales comme une mesure favorisant le pouvoir d’achat et augmentant les salaires. Si l’on accepte de mettre de côté (et c’est déjà un bien complaisant effort) le fait que pour certaines catégories de la population ladite mesure en faveur du pouvoir d’achat s’est révélée être une formidable escroquerie – puisqu’elle a consisté en même temps à augmenter la CSG, ce qui a pénalisé fonctionnaires et retraités – il est important de pointer à quel point dire que la baisse des cotisations participe à une hausse des salaires est un mensonge éhonté.

C’est une composante bien connue, mise en exergue par Orwell dans 1984 et pratiquée à merveille par le néolibéralisme depuis son émergence, je veux bien entendu parler de la manipulation du langage afin de nous rendre incapables de penser les choses telles qu’elles sont réellement. En ce sens, la dynamique ayant abouti à progressivement faire penser à la doxa que les cotisations sociales étaient des charges sociales avec tout l’imaginaire péjoratif qui va avec, un peu comme si celles-ci venaient grever les salaires et constituaient un poids, n’est pas la moindre des réussites du modèle néolibéral. Toute cette entreprise de propagande (parce qu’il n’y a pas d’autres termes) n’a pas d’autre but que de mettre à mal le modèle social français.

Lire la suite

Contrôle des chômeurs, l’odieux durcissement

Le 31 décembre dernier au soir, au moment de prononcer ses vœux, Emmanuel Macron a glissé une petite phrase passée inaperçue ou presque. En parlant de foules haineuses pour décrire les manifestants qui se rassemblent depuis des semaines un peu partout en France, le monarque présidentiel a sans doute voulu faire diversion. La petite phrase en question concernait le durcissement du contrôle des chômeurs. Ledit contrôle a effectivement été drastiquement durci par un décret publié en catimini en fin d’année dernière. Alors même que le pays connait un moment de tensions exacerbées depuis des semaines, voilà le pouvoir qui, non content de ne pas répondre aux revendications des Gilets Jaunes, vient enfoncer le clou comme pour mettre en acte ses paroles sur le cap qui sera tenu.

Décidé il y a plusieurs mois déjà, l’odieux durcissement du contrôle des chômeurs auquel nous assistons a, me semble-t-il, plusieurs buts. En choisissant de faire fi de la contestation sociale actuelle qui porte justement sur le niveau de vie des plus dominés de cette société, Emmanuel Macron et sa caste ne font rien d’autre que de prouver à quel point leur entêtement et leur idéologie sont là pour servir les plus puissants de notre société. En décidant de suspendre les allocations chômage dès le premier rendez-vous manqué ainsi que de faire voler en éclat la notion d’offre d’emploi « raisonnable », le pouvoir ne fait que montrer un peu plus son visage et la vision de la société qu’il entend imposer.

Lire la suite

De quoi la soi-disant augmentation des salaires est-elle le nom ?

S’il y a bien une étiquette qui colle à la peau d’Emmanuel Macron et de son gouvernement depuis leur arrivée à la tête du pays, c’est celle qui les résume à une caste au service des plus puissants et des plus riches. La suppression de l’ISF, l’instauration d’une flat-tax couplée à la baisse des APL et plus largement à la politique menée par ce gouvernement et cette majorité suffisent à démontrer à quel point nous sommes en face d’un gouvernement de classe qui arrose les plus riches de cette société tout en retirant les miettes aux plus démunis.

Toute la communication du monarque présidentiel et de sa camarilla vise donc depuis un certain temps à arracher cette image de président des riches. Malgré tous les efforts déployés, cette image est là et bien là. La colère qui gronde dans tout le pays est là pour le rappeler ainsi que le fait que Macron semble désormais inaudible pour la plupart de la population. La dernière trouvaille communicationnelle de la caste a donc été de souligner à grand trait la supposée augmentation des salaires qui découlerait d’une baisse des cotisations sociales payées par les salariés. Il va sans dire que derrière l’enfumage d’une telle annonce, se niche en réalité une escroquerie bien sombre. Lire la suite

La double escroquerie du chômage pour les indépendants

Malgré le remaniement, malgré la volonté de beaucoup de focaliser l’attention sur la réaction de Jean-Luc Mélenchon, malgré tous les écrans de fumée en somme, ce qui demeure bien vivace en ce début d’automne concerne la politique économique de Monsieur Macron et de sa caste. Par-delà les résultats en berne et bien en deçà des attentes du monarque présidentiel, cette fin d’année ne fait que confirmer à quel point la politique menée par le locataire de l’Elysée et mise en œuvre par son gouvernement et sa majorité fantoche est une politique de classe. Ce n’était finalement pas l’autre sens de son allocution d’il y a quelques jours pour peu qu’on prenne le temps de lire entre les lignes.

Affirmant tout à la fois qu’il ne changerait pas de cap et se présentant finalement dans une atmosphère très lugubre, le successeur de François Hollande – bien que là n’était sans doute pas son objectif – a pris des allures de faucheuse pour les classes sociales les plus dominées de notre pays, dans une forme d’apocalypse (si tant est que l’on prenne l’étymologie grecque du terme, signifiant révélation). Complètement sourds à la colère qui gronde et qui monte dans le pays, Emmanuel Macron et sa camarilla continuent d’avancer bille en tête pour modifier en profondeur le modèle social de notre pays. A cet égard, la promesse de mettre en place l’assurance chômage pour les indépendants – promesse très floue durant la campagne nous y reviendrons – est à mon sens révélatrice de cette volonté en même temps qu’une immense et double escroquerie. Lire la suite

La réforme de l’assurance chômage ou la mise à mal du système social français

Au cours de sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait prévenu : sa volonté est de réformer radicalement le système du chômage pour le faire revenir dans le giron de l’Etat. Après avoir mené, sans trop d’encombres il faut bien le reconnaitre, sa réforme du code du travail, le nouveau locataire de l’Elysée prévoit désormais de s’attaquer à l’autre grand dossier de son quinquennat sur le plan économique et social, l’assurance chômage. L’ensemble de ces réformes voulues par le nouvel exécutif s’inscrit évidemment dans une logique plus globale de recul de l’Etat. Au fil de sa campagne, le nouveau président avait mis l’accent sur sa proposition de permettre aux indépendants et démissionnaires de toucher le chômage selon des conditions bien précises. Ce discours avait accroché et pris dans une partie de la population qui se reconnaissait dans les propos sur la start-up nation de l’alors candidat Macron.

Las, ceux qui avaient cru à des lendemains meilleurs sont en train de déchanter face aux réflexions du gouvernement. Pour les indépendants, la cessation de paiement devra être prononcée pour toucher finalement à peine plus que le RSA. Quant au chômage pour les démissionnaires, il sera, s’il voit le jour, conditionné au fait d’avoir un « projet » bien défini derrière – en bref il sera conditionné au fait d’avoir démissionné pour partir ailleurs, ce qui n’a, on le comprend aisément, strictement aucun sens. La réforme voulue par Monsieur Macron à propos du chômage est un changement complet de paradigme du modèle social français. Passer d’un modèle assurantiel et de gestion paritaire (entre les partenaires sociaux) à un modèle contrôlé totalement par l’Etat et n’étant plus du tout assurantiel c’est un rude coup qui serait porté aux politiques sociales de notre pays. Lire la suite

Penser le travail de demain (1/4): le travail, nouveau centre du monde

Si l’on devait symboliser l’échec du quinquennat de François Hollande et mettre en évidence la plus grande de ses trahisons, il y a fort à parier que beaucoup s’accorderaient à dire que la loi Travail portée par Myriam El Khomri est le plus éclatant des symboles. Cela ne signifie certes pas que seule cette loi est allée complètement à rebours des engagements du candidat mais bien plus qu’elle a constitué un énième point de rupture, sans doute le dernier, entre le Président de la République et ceux qui l’ont porté au pouvoir. Côté sociétal il y avait eu quelques semaines plus tôt cette odieuse tentative d’inscrire la déchéance de nationalité dans la Constitution, côté économique et social la loi El Khomri aura achevé les derniers millimètres de crédibilité qu’il restait à François Hollande. Bien plus que le livre de Messieurs Lhomme et Davet c’est sans doute cette ultime rupture avec ses électeurs qui a précipité la renonciation du Président. La question du travail aura d’ailleurs été le fil d’Ariane inversé de François Hollande durant son quinquennat. Alors que dans la mythologie grecque, le fil d’Ariane permet à Thésée de quitter le labyrinthe après avoir vaincu le minotaure, la question du travail a été pour François Hollande le fil qui l’aura perdu dans le labyrinthe politique français avant de, sans doute, le faire sombrer dans les limbes de notre histoire politique.

Déjà en 2013 les questions du travail et de l’emploi – nous reviendrons plus tard sur la distinction entre ces deux notions – étaient fondamentales pour le Président d’alors. Il promettait d’inverser sous un an la courbe du chômage et liait même sa future candidature à cette fameuse courbe. Tout au fil du quinquennat il n’a eu de cesse d’avoir les yeux de Chimène pour le patronat en adoptant une politique de l’offre, en leur faisant des cadeaux fiscaux tout en attendant en retour la création d’un million d’emploi selon la promesse de Pierre Gattaz, le président du MEDEF. En parallèle il y eut bien la loi sur l’économie sociale et solidaire mais celle-ci ne suffit guère à redorer le bilan d’un quinquennat proprement catastrophique sur le front de l’emploi. La crise entre Uber et les taxis ainsi que le phénomène que l’on a appelé « l’ubérisation de la société » ont également été des marqueurs sociaux très négatifs de ce quinquennat. Incapables de penser de manière complexe les mutations profondes du travail et de l’emploi, nos dirigeants politiques s’enlisent campagne après campagne, réforme après réforme, programme après programme à perpétuer ou, pire, à aggraver les dynamiques proprement mortifères à l’œuvre depuis le début de la globalisation néolibérale et l’avènement du capitalisme financiarisé – à cet égard, l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Elysée, loin de rompre avec cette dynamique, l’accentue fortement. Penser le travail de demain, loin d’être un simple travail de prospective, exige de partir des pratiques actuellement à l’œuvre dans notre société et, donc, de partir d’une critique radicale de la structure du travail qui est présente de nos jours. Lire la suite