Les salles de shoot en quelques lignes

L’entrée du port de Marseille – Paul Signac

Depuis quelques jours et la fin du confinement dans le pays, les débats sur la tenue ou pas du deuxième tour des élections municipales d’ici à la fin juin font rage. Alors que le conseil scientifique a récemment expliqué qu’il était encore trop tôt pour avoir une idée pertinente de la circulation du virus et donc de la possibilité de faire se tenir le scrutin, un certain nombre de maires ou de candidats ont effectivement appelé à l’organisation de ce scrutin avant les vacances d’été. Le corollaire de ces multiples appels est évidemment que d’aucuns ont recommencé à faire campagne.

Parmi les sujets qui vont certainement faire débat dans les grandes villes, l’on trouve en bonne place la question de la sécurité et plus précisément celle des trafics de drogue. Utilisée comme un commode épouvantail par bien des candidats et candidates, cette question est souvent liée à celle des salles de shoot. Prestement présentées par les candidats de droite ou d’extrême-droite comme le symbole du laxisme voire de l’angélisme des mairies de gauche ou apparentées, ces dernières sont pourtant selon moi l’une des manières de lutter contre le fléau d’un certain nombre de drogues dures, en particulier l’héroïne.

Lire la suite